A propos des « municipales » de 2014, le PCF’66 nous prie d’insérer :

« Le PCF66 composante importante du Front de Gauche fait la différence entre les européennes et les municipales qui auront lieu en 2014. Pour les premières, chacun comprendra qu’il n’y ait pas d’accord possible entre les forces de gauche, mais pour les municipales sa position est claire : il faut un large rassemblement des forces de gauche et progressistes dans le département et bien sûr en particulier à Perpignan. Ce rassemblement inclus naturellement le parti socialiste. La gauche gère ensemble depuis des années des dizaines de communes, dans l’intérêt des populations et souvent en résistance de fait avec l’offensive libérale. Le PCF66 considère qu’il ne faut pas hypothéquer les chances de battre la droite et l’extrême droite et mettre en œuvre, voire poursuivre, des politiques locales qui  répondent aux besoins des populations dans toutes les communes des PO dont Perpignan. La division, entraînant plusieurs listes de gauche, pourrait nous mettre tous en situation d’avoir à choisir au deuxième tour, surtout à Perpignan, entre  l’UMP et le Front National. Naturellement, le PCF66 met des conditions à ce rassemblement : la liberté de continuer à critiquer les politiques nationales et européennes, le dépassement des conflits de personnes, le renoncement aux alliances contre nature, le refus de l’hégémonie d’un parti sur les autres, la juste place de chacun, la prise en compte de ses propositions. L’heure est au rassemblement viendra ensuite le temps de la constitution des listes et la désignation de la tête de liste. En conséquence nous appelons toutes nos organisations locales à créer dès maintenant les conditions de ce rassemblement en provoquant partout dans les PO des rencontres avec les autres forces de gauche en plus du travail en direction des populations pour élaborer les programmes ».