Une fois de plus, MPLB avait raison : Bruno Delmas, fondateur du site et du mouvement L’Olivier, ne sera pas exclu de l’UMP, dont il se revendique pourtant, et alors qu’il a décidé d’imposer plusieurs candidats face à des binômes UMP-UDI-CDC dans une poignée de cantons de l’Agglo de Perpignan, à l’occasion des prochaines élections départementales, programmées pour les 22 et 29 mars 2015.

La correspondance adressée il y a plus d’un mois maintenant au président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, par François Calvet, sénateur des P-O et maire de Le Soler, ès-qualité de président départemental de l’UMP’66, est à ce jour lettre morte puisque officiellement aucune décision contre le dissident Bruno Delmas n’a été prise, même si ce dernier, comme le prévoient les textes du parti de l’ancien président de la République, a choisi de se placer « en congés de parti »

Il n’en demeure pas moins que ce silence, accablant quant à l’autorité des dirigeants locaux de l’UMP’66, fait désordre chez les militants. Nicolas Sarkozy, aux yeux de certains, signe là « des aveux lamentables d’impuissance et d’insupportable faiblesse. C’est sa capacité à réagir qui est en cause désormais (…) ». Un comportement qui selon eux pousserait « une frange de l’électorat exaspérée par un tel bordel ambiant, composée de sympathisants UMP, vers le FN ».