(Communiqué)

 

 

-« Une indicible pauvreté rurale dans les Pyrénées-Orientales

A l’occasion des Vendémiaires Insoumises et Citoyennes des Pyrénées-Orientales de samedi 10 octobre 2020 à Ille-sur-Têt, séminaire de travail portant sur les Départementales et les Régionales, la question de la pauvreté dans les Pyrénées-Orientales a été abordée dans un des ateliers de débat.
Les Pyrénées-Orientales sont un département touché par la pauvreté. En dépit d’atouts favorables, la pauvreté et la précarité sont très fortes dans la ruralité. Si ces dernières sont à juste titre souvent mises en avant dans les quartiers urbains, elles sont aussi régulièrement oubliées dans les campagnes.
Si elles sont oubliées, c’est d’abord qu’elles sont occultées par les premiers concernés eux-mêmes. C’est en cela que réside la pudeur chez les pauvres, à l’opposé du prétendu assistanat ressassé par les différentes nuances de droite et d’extrême droite. En effet, le renoncement aux aides est colossal, bien supérieur à la fraude sociale.
Le département des Pyrénées-Orientales ne fait pas assez en termes d’information et d’accès aux droits. Il manque de réactivité : c’est ainsi que le département voisin de l’Aude a su débloquer des sommes conséquentes pour venir en aide aux viticulteurs touchés par le gel. De manière générale, les aides aux investissements aux agriculteurs sont insuffisantes.
La pauvreté et la précarité rurales s’expliquent également par les effets ravageurs de la PAC (politique agricole commune) qui conduit de nombreux petits et moyens agriculteurs à la faillite et au désespoir. Quiconque soutient la PAC ne peut pas lutter contre la pauvreté et la précarité rurales. Au contraire, il les suscite et les aggrave. La droite et l’extrême droite se trouvent dans ce cas.
La France Insoumise érige au rang de priorité la lutte contre la pauvreté rurale, trop souvent indicible et invisibilisée, afin que les territoires ruraux ne deviennent pas d’autres territoires perdus de la République ».
Pour les Vendémiaires Insoumises et Citoyennes, Francis Daspe