« Quand pourra-t-on accéder à la plage ? » : voilà une question que les parlementaires des Pyrénées-Orientales pourraient se dépêcher de poser au Gouvernement, tant celle-ci est cruciale, vitale, pour notre économie départementale.

Sous le soleil du Roussillon – faut-il le rappeler, tellement l’évidence saute aux yeux ? – l’industrie touristique dépend en majeure partie de l’accès au littoral, par les plages ou la voie maritime, et bien sûr des conditions dans lesquelles cela sera autorisé. Sans la possibilité d’aller sur la plage, autant dire que c’est une saison « morte » au plan de l’activité qui s’annonce pour les P-O.

Le 11 mai prochain, à l’occasion du début de déconfinement national annoncé, pourra-t-on se promener sur le front-de-mer ? La question est primordiale : pour l’hôtellerie de plein air, pour les restaurants, pour les clubs de plage bien sûr, les loueurs, les petits commerçants, mais également pour les débouchés agro-alimentaires de proximité, la viticulture, le maraîchage et l’élevage, etc.-etc.

Députés et sénateurs des P-O doivent dès à présent, en urgence, mobiliser et unir toutes leurs forces, tous leurs réseaux d’influence, et poser la question à l’échelon national, car c’est maintenant que l’enjeu se précise, dans les tout-prochains jours, entre autres pour sauver des milliers d’emplois saisonniers…