C’est incroyable : dans le journal L’Indépendant daté de ce lundi 4 mai (voir article ci-dessous), la député de la 3e circonscription des P-O Laurence Gayte (LaREM/ La République En marche), plaide en faveur d’une réouverture rapide des plages (à partir du 2 juin). On ne peut que l’en féliciter.

La rédaction de Ouillade.eu lutte depuis deux semaines pour cette réouverture. Elle se fait en ce sens le relais de nombre des professionnels du Tourisme, des riverains du littoral roussillonnais et d’une grande partie de l’opinion publique afin de sensibiliser les élus ne peut qu’applaudir de tel propos et l’initiative de Mme le député Laurence Gayte.

Toutefois, il est surprenant que la démarche politique provienne d’une parlementaire – domiciliée à Saint-Estève dans l’agglomération perpignanaise – dont la circonscription s’étire du quartier Saint-Jacques, au cœur de la ville de Perpignan, jusqu’aux portes de la Principauté d’Andorre, en empruntant la vallée de la Têt et le Conflent, n’a aucune frontière maritime, ne flirte avec aucun territoire de la mer… On le voit : familialement et politiquement parlant, Laurence Gayte n’avait aucun intérêt particulier à se lancer dans une telle démarche « solitaire », ce qui l’honore d’autant plus, à moins que quelque chose nous ait échappé, que nous ayons manqué un épisode…

Qu’en pensent les trois autres députés ? Les deux de la Côte + celui de Perpignan dont la plage historique est Canet-en-Roussillon, communément baptisée « Perpignan plage » par les habitants de la préfecture des P-O. Peut-être, certainement même, se réservent-ils pour réclamer à la rentrée la réouverture des pistes de ski ? Tout cela nous parait bien bizarre.