« Collectivités territoriales : un soutien face à la pandémie

 

Les élu.es du groupe communiste au Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales (CD’66) adressent leur solidarité et leur sympathie à toutes celles et tous ceux touchés par le coronavirus ainsi qu’à leurs proches . Nous exprimons aussi toute notre solidarité aux équipes hospitalières et aux professionnels de santé publics et libéraux qui sont mobilisés sans relâche contre la maladie, aux personnels des EHPAD, des établissements qui accueillent des personnes en situation de handicap et des services d’aide à domicile. Nous apportons notre soutien aux salarié.e.s du public et du privé dont le travail permet de répondre aux besoins essentiels de la population. Nous saluons l’implication des associations et des bénévoles qui continuent à être au côté des personnes les plus démunies. Merci à elles et eux.

La crise sanitaire que nous traversons met à nu les conséquences délétères des politiques d’austérité menées ces dernières années et particulièrement aggravées sous ce quinquennat. Ainsi en est-il de la situation extrêmement difficile des hôpitaux et de la disparition de nombreux services publics. Les logiques financières qui ont prévalu révèlent toute leur nocivité au moment où il faut répondre à des besoins sanitaires graves, massifs et urgents. Une réalité que nous devons et devrons garder en tête et transformer lorsque l’épidémie sera derrière nous. L’heure est donc est à la mobilisation de toutes et tous : l’État en premier lieu, l’ensemble des institutions et services et les citoyen.e.s. Dans ce contexte, les collectivités territoriales, la commune, le Département, celles là même dont on disait naguère qu’elles étaient coûteuses et inutiles, jouent un rôle de proximité et de soutien de premier plan. C’est le cas du CD 66 qui, tout en se réorganisant en fonction des règles du confinement, s’est immédiatement impliqué dans la mise en place de plusieurs centres de soins covid19, a maintenu ouvertes ses maisons sociales de proximité pour continuer de répondre à l’urgence sociale, a voté des moyens supplémentaires pour faire face à la détresse des plus démunis aggravée par la situation, fait le maximum pour obtenir du matériel de protection pour protéger les personnels, ceux du Département, ceux des établissements personnes âgées et handicapées et des services d’aide à domicile… L’intervention de l’institution départementale et du service public de proximité qu’elle assure est indispensable dans l’épreuve que nous traversons. Cela est rendu possible par la forte mobilisation des agents du Département, notamment celles et ceux de la solidarité et par celle des élu.e.s locaux que nous sommes. Gardons là aussi en tête, pour le jour d’après, nos colères et notre indignation face à l’étranglement financier imposé par l’État à nos collectivités territoriales… une bataille qu’en tant qu’élu.e.s communistes, nous n’avons eu de cesse de mener et de faire partager au plus grand nombre.

L’expérience que nous sommes en train de vivre ne bouleverse pas que notre fonctionnement. Elle pose en grand la question des choix que nous avons collectivement à faire et à défendre. Celui de l’humain et de la planète contre la rentabilité à tout prix, celui du service public contre les intérêts privés, celui de la démocratie proche des gens contre l’autoritarisme. Pour notre part, nous vous invitons dès maintenant à nous rejoindre dans ces engagements ».

 

Les élu.e.s communistes du CD’66