(Communiqué)

 

« La revue du Conseil Départemental des Pyrénées Orientales du mois de mars nouvellement parue et destinée aux 480 000 habitants du département nous indigne concernant le contenu de certains articles que nous avons photographiés

 

En effet, le Département est tout d’abord renommé « Pays Catalan et du Fenouillèdes ». Ceci est une atteinte à la démocratie puisqu’on habitue ainsi et progressivement les gens au futur nom du Département que Madame la présidente – Hermeline Malherbe, ex-sénatrice PS, Ndlr -, sous la pression de son premier vice-président ‘Nicolas Garcia, PCF), choisira sans doute, alors que la très grande majorité du département ne demande rien, et surtout pas de dépenser des milliers d’€uros pour faire plaisir à une communauté intégriste et passéiste

 

Lorsque l’on place des panneaux ‘Catalogne Nord’ sur certaines routes départementales, on bafoue la France et son intégrité. Curieusement, de tels panneaux n’existent pas sur les portions autoroutières.

Par ailleurs, il est écrit dans un autre article que dix millions de personnes parlent catalan en Europe. Seuls une partie des habitants en Catalogne (donc en Espagne) le parlent, ainsi que les Andorrans et quelques milliers au mieux dans les Pyrénées Orientales et ailleurs en France. Le catalan est inusité dans les P-O.

On n’atteint pas les sept millions assurément, mais la propagande séparatiste qui contrôle le département assimile bien évidemment à tort non seulement les P-O mais aussi les Iles Baléares et la Communauté Valencienne. Les habitants de ces régions parlent majoritairement castillan et accessoirement Valencian et langue Baléar, qui ne sont pas du catalan.

Cette revue constitue à présent un large délire manipulé par le séparatisme et glorifiant les élus locaux qui ont démontré dans des actes publics leurs soutiens et actions.

Il serait temps que l’Etat français réagisse mais nous en doutons fort, quand on entend les propositions relatives à la Corse. Et ce n’est pas l’opposition locale qui ira non plus dans le sens contraire. »

 

Les Français de l’association Catalunya peuple d’Espagne