Communiqué de presse.

« Le plan « pauvreté » de M. Macron, c’est cinquante fois plus pour les riches que pour les pauvres !

Le plan « pauvreté » par M. Macron, présenté à grand renfort de communication, n’est en réalité qu’un véritable cache-misère destiné à donner un semblant d’aspect social à la politique de droite qu’il mène depuis 2017 et se limite à panser les conséquences des politiques libérales menées depuis 15 ans dans notre pays.
Avec son gouvernement, le Président des riches tente ainsi de faire oublier sa politique de casse du code du travail, d’asphyxie de la Sécurité Sociale, de réduction des aides au logement, d’augmentation de la CSG, de baisse des dotations destinées aux collectivités territoriales et de nombreux cadeaux aux plus riches (baisse de l’ISF, de l’impôt sur les sociétés…).
Oui, M. Macron reste bien le Président des riches quand il annonce dans son plan « pauvreté » deux milliards pour 9 millions de personnes, ce qui représente 62 centimes par jour, alors qu’en comparaison, il a supprimé quatre  milliards d’impôts pour les 330 000 assujettis à l’ISF, soit 33 euros par jour.
Dans les Pyrénées-Orientales, notre groupe s’opposera, comme il le fait depuis toujours, aux politiques d’austérité et de réduction des dépenses publiques, qui étranglent les collectivités locales agissant dans les champs de la solidarité. On ne peut plus leur demander de « faire à la place de l’Etat », plus et mieux, avec moins de moyens nationaux.
De même, les élu-e-s de notre groupe dénonceront toutes les Lois qui sont les premières causes de la pauvreté : absence de revalorisation du RSA, précarisation et flexibilité dans le travail, coupes dans les aides aux associations agissant dans le champ de la solidarité, aux centres d’hébergement et de réinsertion sociale, fermeture d’hôpitaux et réduction de l’accès aux soins, remise en cause logement social…
Une véritable stratégie de lutte contre la pauvreté nécessiterait d’autres choix d’investissement massif en faveur de la petite enfance, de la famille, de l’éducation, de la santé, de l’emploi, de la culture et du logement, du sport. Au 2ème trimestre 2018, les actionnaires du CAC 40 ont reçu 50 milliards d’euros de dividendes. Record absolu. M. Macron avait promis le ruissellement. Il avait juste omis de dire que cela ruissellerait à l’envers ».

Elu-e-s du groupe PCF du Conseil départemental : Françoise FITER, Lola BEUZE, Rémi LACAPERE, Nicolas GARCIA, Edith PUGNET.