La dernière séance du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales a modifié quelques vice-présidences…

 

Ségolène NEUVILLE récupère une vice-présidence au détriment de la communiste Edith PUGNET, même si, comme le déclarait la présidente au Groupe PCF, « ce changement est la suite d’un accord en 2014. »

 

Mais, nous sommes en 2018, et le PS a perdu beaucoup de sa crédibilité. Tous les soutiens de la politique menée par François HOLLANDE sont passés à la trappe (VALLS, LE FOLL, etc.).

 

« Ségolène NEUVILLE, pendant toute sa responsabilité de Secrétaire d’Etat, a été un soutien indéfectible à la politique menée par HOLLANDE et VALLS », s’insurge un élu sous le manteau.

 

Comment la direction fédérale, son secrétaire, a pu, sans état d’âme, permettre de retirer la vice-présidence à une camarade de son parti ?

 

Respect des accords ? Foutaise ! Combien de fois le PS a rompu les accords ? Toute sa vie, le PS a renié ses engagements !

 

« Quelle crédibilité peut avoir le PCF face à des formations politiques amies, qui sont prêtes à des accords politiques avec le PCF, mais surtout pas d’accord avec le PS (La France Insoumise, NPA, etc.) ? « Faiblesse politique du PCF, sans doute, mais c’est aussi vrai que le patron du PCF est apparemment plus préoccupé par la situation en Catalogne… », comme le confiait dans le public, lundi dernier, un militant communiste de la première heure, particulièrement remonté.