Demain samedi 28 janvier 2012, à partir de 9 h, le CDCConvergència Democràtica de Catalunya/ Les Centristes catalans – au cinéma Castillet du centre-ville, à Perpignan, tiendra un congrès annuel au cours duquel seront adoptés les nouveaux statuts de cette formation politique, ainsi que reconduit à n’en pas douter l’actuel président du mouvement, le bouillant Jordi Vera, puisque seul candidat au poste…

Ce rendez-vous, toutes proportions gardées bien sûr, aura des allures d’assemblée générale annuelle de l’association départementale des maires, des adjoints et de l’Intercommunalité des Pyrénées-Orientales, tellement de nombreux élus y sont annoncés, tous désormais membres à part entière du CDC, parmi lesquels : outre donc Jordi Vera et Clotilde Ripoull, conseillers municipaux d’Opposition de la Ville de Perpignan, mais également et encore : Jean Amouroux (maire de Tresserre), Jean-Claude Barbaud (maire de Coustouges), André Bordaneil (maire de Maureillas/ Las Illas), Jacques Galtié (maire de Réal/ canton de Mont-Louis), Claude Picas (maire du Perthus), Yves Porteix (maire de Sorède), Alexandre Puignau (maire de Les Cluses), Jean-Jacques Rouch (maire de Thuès-entre-Valls)… Il y aura même un conseiller général, du canton de Mont-Louis, Pierre Bataille, maire de Fontrabiouse. Tous donc officiellement adhérents au CDC.

Quel est donc ce soudain et impressionnant engouement pour le parti catalaniste de Jordi Vera ? Qu’est-ce qui a fait que ce parti, qui a chaque élection locale dans les P-O, où il se dit « enraciné », peine à franchir la barre des 3%, est devenu en une année la troisième force politique départementale en nombre de maires ?…

On sait déjà que la présence au sein du CDC de nombreux élus venus de la 4ème circonscription des P-O (arrondissement de Céret), frontalière avec l’Espagne, est surtout dûe au travail de terrain effectué par le maire de Les Cluses, Alexandre Pugnau, qui a fait entrer dans le mouvement nombre de ses copains maires (à Maureillas, Sorède, Tresserre…).

Les moyens extraordinaires – venus de la Catalogne espagnole en général et de Barcelone en particulier – au niveau de ses contacts, des finances et des ambitions, dont dispose Jordi Vera, ne sont également pas étrangers, si l’on peut s’exprimer ainsi, au dynamisme et à l’influence grandissante du CDC sur le sol roussillonnais en général et à Perpignan en particulier.

Il n’en demeure pas moins que ce flot d’adhésions subit intrigue et, commençant à se savoir, agite le fonctionnement de certains conseils municipaux : à Maureillas, par exemple, il se raconte que le maire, André Bordaneil, n’était pas au courant de son adhésion au CDC… Ailleurs, ce sont des conseillers municipaux qui s’inquiètent du retournement de l’étiquette politique de leur maire en cours de mandat : « Nous avons été élus sous la bannière UMP, et voilà que le maire change de parti. Cela n’est pas sérieux. Nous aurions dû pour le moins être prévenu avant de l’apprendre par la rumeur ».

Bref, on devrait y voir plus clair demain.