« Je me permet de m’adresser à vous, car deux erreurs à caractère interprétatif se sont malencontreusement glissées dans vos lignes, ce dimanche 26 mars.
1. En premier lieu, Oui au Pays Catalan n’est pas un mouvement indépendantiste. Cette évidence sera constatée par vos soins dès lors que vous assisterez à l’une de nos réunions, publique ou organisationnelle. Je vous y invite chaleureusement.
2. Je m’étonne de la comparaison, erronée, établie entre les Pyrénées-Orientales et la Catalogne du Sud, car Oui au Pays Catalan ne se réclame aucunement de ce territoire, soumis à d’autres vents. A la différence du parti CDC, qui nous a partiellement précédés, partiellement seulement, l’essentiel de nos 700 membres et de nos 14 dirigeants est indifférent aux réalités de nos voisins (la réciproque a cours), car nos urgences sont autres.
LA CATALOGNE DU SUD FAIT MIEUX QUE NOUS, DESORMAIS
Dans un esprit constructif, connaissant la perspicacité du site Ouillade à décrire les réalités objectives, je souligne que le taux de chômage sud-catalan représente 14,6 % selon l’Institut Statistique de Catalogne (IDESCAT), qui tire ses chiffres de l’Institut National de la Statistique Espagnol (INE).
En termes de chômage, les Pyrénées-Orientales, à 15,6%, redépassent donc la Catalogne du Sud, comme avant la crise de 2008.
Parallèlement, J’attire votre attention sur le taux général espagnol, à 18,1 %.
Sans aucune considération idéologique, la reprise économique de la Catalogne du Sud est ainsi supérieure à celle du Pays Catalan de France et de l’Espagne ».
Source : Chiffres IDESCAT, consultables sur le lien suivant http://www.idescat.cat/pub/?id=aec&n=318