Nous avons déjà soulevé le problème ici : Romain GRAU, Laurence GAYTE et Sébastien CAZENOVE, respectivement députés de la 1re, 3e et 4e circonscription des Pyrénées-Orientales, tous trois estampillés « La République En Marche » (LaREM) ne se fendent jamais d’un communiqué ou d’une conférence de presse pour soutenir les décisions et réformes prises ou menées par le Gouvernement d’Edouard PHILIPPE, sous l’autorité du Président de la République Française, Emmanuel MACRON.

On le voit encore en ce moment avec le combat mené par le ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel BLANQUER. Pas une réaction, pas un commentaire ni quelques mots de soutien à la réforme en cours. Dans le genre « courage fuyons! » difficile de faire mieux, nos trois députés sont absents du débat, on ne connaît toujours pas leurs convictions sur le sujet (et tant d’autres) alors qu’ils ne doivent leur élection de parlementaire qu’à Emmanuel MACRON. Un comble !

Jusqu’à Laurence GAYTE qui, dans les médias locaux tout le moins, n’a pas fait preuve jusqu’à présence d’une once de solidarité féminine avec la ministre Marlène SCHIAPPA régulièrement et abominablement insultée sur les réseaux sociaux et, pargois, dans des courriers de lecteurs.

Sous la Ve République, c’est une première. Dans les P-O en tout cas. Jusqu’ici, députés socialistes, communistes, républicains (RPR, puis UDF, puis UMP…) des P-O ont toujours apporté soutien et communication (explications sur le terrain) à la Majorité présidentielle à laquelle ils appartenaient. Aujourd’hui, Laurence GAYTE, Sébastien CAZENOVE et Romain GRAU sont d’un silence étourdissant, déroutant, affligeant et inquiétant.

Que pensent-ils de la réforme des retraites, de la réforme du chômage (du droit du travail), de la réforme des lycées et du baccalauréat, de la hausse de la CSG pour les retraités, de la réforme à la SNCF, du mouvement des Gilets jaunes, de la PMA (Procréation Médicalement Assistée), du Plan Climat, de la lutte contre le terrorisme, de la lutte contre la manipulation de l’information (fake news), etc.-etc., on n’en sait rien. Que dalle ! Sont-ils « pour », sont-ils « contre » ? Seul Sébastien CAZENOVE s’est plus ou moins exprimé, engagé, sur la plupart (mais pas tous) de ces thèmes.

A leur décharge, c’est actuellement le temps des vacances… Mais nos trois mousquetaires d’En Marche! donnent l’impression sur ces sujets-là en tout cas, d’être en vacance(s) en permanence.

Les électeurs, leurs électeurs, ont pourtant le droit de savoir.