« Même si ce débat est récurrent depuis des années, on connait aussi la nécessité du gouvernement à faire des économies par tous les moyens. On peut s’inquiéter de l’avenir du thermalisme sur les hauts cantons de notre territoire

 

Coincés entre le bien-être et la santé, les cures dans les stations thermales pourraient ne plus être remboursées par la sécurité sociale.
Une décision inquiétante, alors que le Pays catalan, reçoit, 40 000 curistes par an ; Amélie-les-Bains concentre à elle-seule, plus de la moitié des demandes. Une présence qui augmente chaque année, par le vieillissement de la population. Ce sont des centaines d’emplois directs et indirects qui pourraient être menacés sur la commune du Haut Vallespir.
Et pourtant, la part du thermalisme médical représente 0,15% du total des prestations de remboursement effectuées par l’Assurance Maladie
Les dépenses liées au thermalisme ont augmenté de 8,6% en 12 ans contre 52,9% pour l’ensemble des dépenses de santé (69,4% pour la consommation de médicaments et 40,2% pour les hôpitaux).
De plus, 90% des établissements sont situés dans des communes de moins de 10 000 habitants, l’établissement étant souvent le premier pourvoyeur d’emplois.
Les vertus thérapeutiques sont indéniables, par exemple pour l’asthme. Situées en moyenne montagne, les stations thermales à orientation voies respiratoires bénéficient d’un environnement climatique sans pollution et avec peu d’acariens et proposent une prise en charge globale, médicale, éducative et préventive.
Nous appelons nos députés à faire pression sur le gouvernement pour que le déremboursement ne soit pas validé.
Depuis le démarrage du quinquennat du Président Macron, le Pays Catalan n’a pas été épargné par des décisions sans concertations avec les élus locaux : fermeture de services publics, mise en stand-by de la ligne des « primeurs » Perpignan-Saint-Charles-Rungis, CETA… Des choix, aux lourdes conséquences, sur l’emploi de notre territoire ».

 

#AgissonsPaysCatalan
www.agissons.org
agissons66@gmail.com