Communiqué de presse du Parti Communiste Français’66

 

« Le président de l’agglo, maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, et François Calvet, 1er vice-président, n’ont  vraiment rien compris à la philosophie du schéma départemental des aires d’accueil pour les gens du voyage. Savent-ils seulement à quoi s’attache la loi Besson et ses dispositions ? Vraisemblablement non ! En ne votant pas ce schéma sous le prétexte fallacieux des financements déséquilibrés au détriment de l’agglo et en rejetant ses responsabilités sur l’Etat,  la majorité UMP contribue un peu plus encore à pénaliser des populations pour qui ces aires de passage sont vitales. D’autre part, cela contribue à encourager les campements sauvages et faute d’emplacements réservés, les occupations d’espaces publics non dédiés. La population appréciera !

Nous déplorons aussi les propos du maire de Perpignan pour qui les aires d’accueil ne servent à rien pour la raison unique que les gens du voyage n’y vont pas et appelle le préfet à faire que l’usage de la force publique soit plus souvent requise. Nous condamnons ces propos qui sont habituels dans la bouche de celui qui ne cesse d’opposer les communautés entre elles.

Ceci étant dit, il est temps de sortir des vieux clichés dans ce département où les places réservées aux gens du voyage sont rares et bien en dessous de la moyenne nationale. N’en déplaise à Monsieur Pujol, le respect de la loi s’impose à tous ! « .