COMMUNIQUÉ DE PRESSE · Perpignan, 31 juillet 2015
« 50 000 CHÔMEURS DANS LES P.O., À QUI LA FAUTE ? »


« Les derniers chiffres de Pôle emploi sont cruels : en juin 2015, lePays Catalan comptait 35 308 personnes en chômage intégral et 50 182 en chômage partiel. Pendant que la moyenne nationale s’améliore à peine, la courbe poursuit son ascension fulgurante à Perpignan, Prades ou Céret. La barre des 50 000 est une contre-performance, après une hausse de 12,1% en un an. Pour le gouvernement, instaurateur des contrats d’«avenir» ou de «génération» depuis 2012, l’échec est insultant.
Le PS est juste le responsable actuel d’un mal plus profond, car la République, de droite ou de gauche, refuse la mondialisation des méthodes. Les mentalités ne sont pas mises à la page, les solutions positives fonctionnant ailleurs sont réfutées. L’Administration encourage les filières d’avant-hier, s’égare sur la formation et méprise l’intelligence manuelle. La réalité du marché du travail ne correspond plus aux grilles de lecture officielles. En instillant encore la vieille idée «une vie, un seul métier» dès l’école primaire, la République programme des millions de naufrages sociaux.  Le climat ensoleillé des Pyrénées-Orientales ajoute à cette politique générale l’afflux de personnes en difficulté. Chez nous, il est notoire que la courbe du chômage progresse plus vite que les difficultés territoriales et le solde démographique ordinaire. A ce titre, CDC exprime sa solidarité avec les 25 458 hommes et 24 724 femmes touchés par le chômage en Pays Catalan, sans distinctions d’origines. Défenseurs d’un avenir partagé, inquiets face aux            fractionnements sociaux de nos villes et villages, nous prônons une gouvernance territoriale spécifique. Seul un traitement adapté réglera nos maux ».