Après Argelès-sur-Mer, Reynès, Le Boulou, Collioure… c’est au tour de la municipalité du Perthus d’engager une partie de bras de fer contre, son 1er adjoint !

La « maire nouvelle » (Marie-Hélène RUART LUCQUIN) a décidé de partir en guerre contre son 1er adjoint en lui retirant ses délégations et en le destituant.

Pour cela, elle convoque une réunion en catimini (aux yeux de son 1er adjoint), à huis-clos. Mais contre toute attente se pointe à cette rencontre extraordinaire (au sens propre comme au sens figuré) un autre élu qui, disons, passait par là par hasard, attiré par la lumière et une odeur de « non-sainteté ». Car lui non plus, bizarrement, n’était pas convié. Mais c’est lui qui va charger au final et va en prendre pour son « non-grade ».

La « maire nouvelle » du Perthus appelle les gendarmes pour faire expulser la brebis galeuse (c’est une image), mais voilà que le troupeau perthusien se rebiffe et que les gendarmes repartent bredouille car, c’est bien connu, c’est la loi : on ne peut retirer comme ça un élu du peuple au sein d’un conseil municipal, s’il n’a pas lui-même démissionné ou fait l’objet d’un quelconque mandat, etc.-etc. Pour cette fois-là, on en restera là. Promis, juré, craché. Tous les esprits se calment.

Avant-hier soir, la « maire nouvelle » a souhaité mettre à l’ordre du jour la destitution de l’élu qui décidément la perturbe. Elle a convoqué sa clique (du moins le croyait-elle) en conseil municipal. La séance aurait duré 7 minutes ! Montre en main. Car son équipe a pris ses distances avec elle (la « maire nouvelle », pas la montre bien sûr !). Sa « majorité » municipale aurait décidé de ne pas la suivre sur ce terrain glissant. Donc, du coup, le conseil municipal, sous la présidence de la « maire nouvelle »… a confirmé l’adjoint en question dans ses fonctions !

Vous parlez d’une situation abracadabrantesque. Difficile de faire mieux. Ou pire, plutôt.

Décidément, dans la 4ème circonscription des P-O, il ne fait pas bon d’occuper le poste de 1er adjoint !