« Les maires nous détestent, mais leurs électeurs nous adorent… » : c’est la réaction, ce lundi matin, lendemain du 1er tour de l’élection présidentielle 2022, d’un élu siégeant dans l’hémicycle de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM)

 

Et les chiffres sont là pour appuyer ce commentaire, notamment dans les communes dirigées par des catalanistes, telles que Pézilla-la-Rivière (Jean-Paul Billés) ou encore Le Soler (Armelle Revel-Fourcade), fief notamment du sénateur François Calvet (LR/ Les Républicains), sur le territoire de PMM, où la candidate du Rassemblement National (RN), Marine Le Pen, frôle les 40% des suffrages exprimés hier dimanche 10 avril 2022, respectivement 37% et 38% plus précisément.