Le Rassemblement National (RN) est-il vraiment un parti comme les autres ? Oui, assurément.

Depuis l’annonce, ce mercredi 12 mai 2021, de l’arrivée inattendue – pour le moins -, de Fréderic Bort, ancien bras droit de feu le socialiste Georges Frêche président alors de la Région Languedoc-Roussillon, qui conduira donc la liste RN dans le département de l’Hérault pour les Régionales des 20 & 27 juin prochains, cela ne fait plus aucun doute : oui le RN est bien un parti comme les autres ! Hélas, hélas, trois fois hélas vont certainement déplorer les militants et sympathisants de la première heure. Le Père Jean-Marie doit faire les cent pas dans sa bibliothèque et, surtout, ne pas en croire ni ses yeux ni ses oreilles, s’agissant d’un individu, Frédéric Bort, qui a toujours – aux côtés de Georges Frêche – exprimé une certaine haine vis-à-vis des Frontistes, père et fille notamment.

Si le RN pense avec cette prise de Frédéric Bort avoir pêché un gros poisson, le RN se trompe. Il se met le doigt dans l’oeil.

A la direction du RN, on se gargarisera certainement de cette pêche miraculeuse sans en analyser les conséquences désastreuses dans une partie de son électorat resté fidèle.

Si, encore, le RN n’a d’autres solutions que de recycler des femmes et des hommes venu(e)s d’une Gauche moribonde, à l’agonie, en voie de disparition irréversible ou aux abois, alors docteur c’est très grave.

En 2017, Frédéric Bort était candidat Divers-gauche (DvG) dans la 1re circonscription de l’Hérault, face au député écologiste sortant Jean-Louis Roumégas (EELV). Frédéric Bort a rassemblé sur son nom 1 149 voix, soit 2,91% des suffrages exprimés. C’est la candidate de La République En Marche (LaREM), Patricia Mirallès, qui a été élue au second tour (18 juin 2017)… Quel « coup » espère faire le RN avec un candidat aussi « light » ? Lequel en plus s’était présenté à l’époque contre l’historique candidate officielle de l’ex-FN, France Jamet

Ce n’est certainement pas en recrutant des individus qui justement lorsqu’ils étaient aux commandes de la Région Languedoc-Roussillon ont permis à l’ex-FN de représenter, dans l’Opposition face à ces gens-là, une forme d’Espoir, que le RN va entamer la reconquête du territoire. Chez ces gens-là, on ne pense pas, on prie pour pour sa pomme, tout simplement. En embauchant ces gens-là, aussi talentueux et filous soient-ils en tchatche, le RN a tout à y perdre. Méfi !

Le RN devient une inquiétante plateforme pour opportunistes de tous bords. Ce n’est pas ainsi qu’on fait rêver et qu’on s’attache une population autour d’un programme, de projets, qu’on construit un avenir en commun. A défaut de renverser la table, le RN, avec pourtant (presque) tous les atouts en mains, pourrait donc au final et avec ces gens-là devoir simplement remettre le couvert.

Certes, Frédéric Bort sera élu. Et bien élu. Mais cela ne veut pas dire que le RN l’emportera, là où justement il devrait l’emporter. Car des individus comme lui, quoi qu’on en pense à la direction du RN, ont plutôt tendance à refouler qu’à attirer… Après tout, à la direction du Rassemblement National on pourra se consoler en relisant un classique : « Je pense que toutes les grandes innovations sont fondées sur les rejets » (L.-F. Céline). Alors, vu sous cet angle-là, peut-être que…

L.M.