Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) communique :
« Lors d’un meeting socialiste, le 8 juillet à Palaja, près de Carcassonne, en présence de Manuel VALLS, la présidente de l’Occitanie, Carole DELGA, a déclaré que le mot « catalan » signifiait « repli sur soi ». Elle a jugé l’identité catalane « dérangeante », « pas vendeuse » et « inconnue ».  Ces propos ahurissants révèlent un profond mépris pour les citoyens d’un territoire que Mme DELGA prétend représenter. Ils blessent profondément les électeurs des Pyrénées-Orientales qui l’ont choisie lors des dernières élections régionales. Pour justifier ses propos, la présidente toulousaine affirme : « nos associations catalanes sont toutes de droite souvent extrême ». Pour couronner ces affirmations, la gazette institutionnelle « Occitanie Journal » de juillet-août, actuellement distribuée dans les boîtes aux lettres, affirme sans vergogne à propos du nom scandaleux de la région : « L’ensemble du territoire est bien représenté » ! Ce journal payé à nos frais a pour directeur de la publication Mme DELGA en personne.
 
Comment peut-on piloter un territoire que l’on ignore et des habitants que l’on méprise en niant une identité, que l’on prétend effacer ? Le Pays Catalan n’a jamais accepté les gouvernants de ce type. Les propos de Carole DELGA clarifient la situation : dans l’Occitanie, le débat n’est pas le nom, la question fondamentale c’est le projet de nous faire disparaître. La comtesse de Toulouse ne représente plus l’ensemble des Catalans.
 
Pour instruire la présidente régionale sur le territoire qu’elle bafoue, nous lui adressons ce jour l’ouvrage « Histoire du Pays Catalan », de Joan VILLANOVE,  paru cette année. Nous espérons que cette oeuvre de référence fournira à Mme DELGA la connaissance nécessaire à la modification de son jugement ».