« Il me semble que si la « frontière » était à Latour-de-France, Estagel en revanche, sans aller chercher dans les livres, a toujours été catalan. En attestent des anecdotes qui disent que les jeunes des deux villages s’affrontaient en se jetant des pierres, chacunes rangées au-delà de la frontière délimitée par le ruisseau « la pasquite »… J’ai connu la fin de cette période. Heureusement cela n’existe plus, malgré que des histoires existent encore avec le canal d’arrosage… ».

Joseph JOURDA.