Toulouse, Juin 2016 – Il s’avère difficile de choisir le nouveau nom pour la région Languedoc Roussillon – Midi Pyrénées en tenant compte des préférences de chacun. Fort de l’observation de plus de 20 ans d’écrits, Cordial, le correcteur orthographique, vient proposer un argument supplémentaire en offrant son palmarès selon un critère rationnel : la simplicité d’écriture.

Le 24 juin 2016, le nouveau nom de cette grande région sera enfin révélé. Pour le moment, les estimations et contestations vont bon train. En effet, si aujourd’hui « Occitanie » semble en tête, les premières oppositions se font entendre. Une victoire culturelle pour certains, une perte d’identité pour d’autres, c’est un vrai casse-tête qui débute pour les élus régionaux à la recherche d’un nom fédérateur.

C’est la question que s’est posée l’équipe de Cordial, TPE toulousaine, experte en correction orthographique avancée, et également concernée par ce choix.

– « Lors de nos votes personnels pour le nouveau nom de région, nous nous sommes aperçus que certaines propositions étaient particulièrement difficiles à orthographier. Nous nous sommes donc penchés sur les difficultés que pourraient rencontrer les habitants ou les touristes en écrivant le nouveau nom. »

Grâce à l’analyse de plus de vingt ans d’écrits, qui constituent l’Observatoire des écrits Cordial, un classement a pu être établi.

Si l’on se borne donc au nombre de graphies erronées rencontrées sur chaque nom envisagé, le nouveau nom de région serait « Languedoc » grâce à un sans-faute !

Sur la deuxième marche du podium arriverait « Occitanie », avec une grande simplicité d’écriture et une seule erreur recensée : le doublement du « n ». Une faute étonnante car seuls trois mots doublent le « n » dans ce contexte en français (« tyrannie », « ammanie » et « sparmannie »).

S’en suivrait « Languedoc-Pyrénées » et ses 5 orthographes erronées, à la troisième place.

Le grand gagnant de la difficulté serait « Pyrénées-Méditerranée » avec 69 erreurs possibles. Un chiffre imbattable grâce à la combinaison de deux mots difficiles, et une grande majorité des erreurs sur l’un des mots le plus mal orthographié de la langue française : « Méditerranée ». Un vrai challenge !

Un classement qui révèle les difficultés que pourraient rencontrer les français et touristes lors de l’écriture de leurs cartes postales.

 

//////////     //////////     //////////     //////////

 

Cette analyse, fort intéressante, passionnantes, et des plus originales en tout cas selon son « angle d’attaque », appelle cependant plusieurs commentaires, réactions… Parmi ceux-ci, le nom de « MITTERRAND » – souvent écrit jusque dans les médias ! « Miterrand », « Mitterand », etc.-etc., n’a pas empêché François MITTERRAND de connaître le succès que l’on sait : deux septennats ! Et donc d’être un Président de la République française préféré. De plus, si l’on suit la logique de « Cordial » : les habitants de Baixas n’auraient jamais dû s’appeler « Baixanencs » (encore plus imprononçable que le nom de leur si beau village), pareil pour les Biterrois de Béziers, les Piscénois de Pézenas, les Ruthénois de Rodez, les Montalbanais de Montauban, les Castelsarrasinois pour Castelsarrasin… pour faire court, soft et rester dans la région, car la liste dans ces cas de figure est « no-limit » !