Hier matin, au Tribunal Administratif (TA) de Montpellier, le commissaire du gouvernement, s’appuyant sur la jurisprudence en la matière, a demandé purement et simplement l’annulation de la délibération municipale, prise en 2015, concernant l’augmentation des indemnités mensuelles de plusieurs élus de la Majorité municipale. On se souvient que cette hausse concernant sept adjoints et conseillers municipaux avait été à l’époque très décriée.

C’est l’opposant Louis ALIOT (FN-RBM), député de la 2ème circonscription des P-O, conseiller municipal et communautaire de Perpignan, qui avait alors pointé du doigt ce qu’il qualifiait pour le moins « d’anomalie » et qui donc avait introduit un recours auprès du TA. De plus, ces augmentations, votées le plus légalement du monde en Conseil municipal, avaient eu pour conséquence de priver les élus du Groupe d’Opposition FN-RBM « Ensemble avec Louis Aliot » d’indemnités mensuelles…

Le souhait d’hier exprimé au TA de Montpellier s’inscrit dans le cadre des réquisitions prononcées par le commissaire du gouvernement, il ne s’agit en aucun cas d’un jugement définitif. Mais il est aussi vrai que dans 95% des cas les décisions du commissaire du gouvernement sont suivies d’effet.

A suivre. Verdict d’ici deux semaines à un mois, en règle générale.