Candidats malheureux aux dernières élections municipales à Canet-en-Roussillon, où ils menaient chacun une liste différente Divers droite, Jean-Marie Palma et Sébastien Regnier avaient lancé des recours contre l’élection pourtant (très) haut-la-main de Stéphane Loda* (Les Républicains/ LR) qui a succédé à Bernard Dupont (LR) dans le fauteuil de maire ; ce dernier ne se représentait pas.

Après plusieurs mois d’instruction, le Tribunal Administratif (TA) de Montpellier a enfin tranché, et c’est dans la matinée de ce mardi 8 décembre 2020 que le Rapporteur public rendait son verdict : Jean-Marie Palma et Sébastien Regnier ont été déboutés de toutes leurs demandes ; arguments et éléments divers ont été rejetés en bloc dans les conclusions du juge. Y’a pas photo !

Dans la foulée de cette affaire, en suivant, un autre verdict est tombé, remettant une couche sur le premier revers subi par MM. Palma et Regnier : la Commission Nationale des Comptes de Campagne a rejeté leurs comptes… et le Rapporteur public a demandé une peine d’inéligibilité pour les deux élus de l’Opposition.

L’affaire est maintenant en délibérée sous un mois. Cependant, à la sortie du TA de Montpellier, Jean-Marie Palma s’est dit « confiant en la justice de mon pays ».

 

*Stéphane Loda a été élu au 1er tour des Municipales, en mars dernier, avec 67,37% des suffrages exprimés (soit 3 562 voix), contre 812 voix à Jean-Marie Palma (15,35%), 470 voix à Sébastien Regnier (8,88%) et 443 voix à Nadine Pons (8,37%) la candidate de la Gauche écologiste.