En succédant en novembre 2010 à son mentor, Georges Frêche (PS), dans le fauteuil de président du Conseil régional Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin (PS) avait fait suivre dans ses bagages à Montpellier toute sa garde rapprochée qui jusque là officiait depuis l’Hôtel-du-Département, sur le quai Sadi-Carnot,  à Perpignan… Les fidèles : Dominique Mulcio, son chauffeur, Marion Girard-Duvivier, sa Directrice de Cabinet, et Rémy Vernier, son Directeur de la Communication… Sans oublier  Stéphanie Grillet, son attachée de presse, ainsi que, récemment, Stéphane Babey, journaliste-écrivain et ancien responsable départemental des Jeunes UDF’66, pour s’occuper plus particulièrement de sa communication numérique (réseaux sociaux, blog, interventions rédactionnelles diverses)…

Quel que soit le futur président de la Région Languedoc-Roussillon – c’est pour l’instant le Gardois Damien Alary qui tient incontestablement la corde – il est évident que toute cette équipe ne pourra plus rester à l’Hôtel de Région, sur les berges du Lez, le successeur de Christian Bourquin aura à son tour une « garde rapprochée » à imposer. Cela est de bonne guerre.

De source généralement bien informée, seuls Dominique Mulcio et Marion Girard-Duvivier conserveraient leur place à Montpellier, tandis que tous les autres « bourquinistes catalans » devraient être rapatriés, ou plutôt recasés sur le Conseil général des Pyrénées-Orientales à Perpignan, ce qui ne serait pas sans poser des problèmes de personnes et d’égo plus ou moins conflictuels… Que faire en effet avec Rémy Vernier et Stéphanie Grillet, dont les compétences professionnelles sont déjà occupées ?

Dans cette perspective, localement chaque clan affûte ses couteaux. L’ambiance est déjà délétère.

Nous souhaitons bien du plaisir pour trancher dans le vif du sujet à la présidente du Conseil général des P-O, Hermeline Malherbe (PS), qui s’apprête à revêtir un autre habit de lumière, celui de sénatrice, puisqu’elle était la suppléante de Christian Bourquin…

A suivre.