« TGV Montpellier-Perpignan : l’échec du système Bourquin »

Sous ce titre et dans un communiqué de presse « Le club Perpignan 2020 dénonce l’exclusion annoncée du projet de Ligne à Grande Vitesse Montpellier-Perpignan, écarté des priorités nationales par la commission gouvernementale « Mobilité 21 ». Le report de ce tronçon après 2030, sans aucune certitude, est un coup de massue pour les Pyrénées-Orientales, dont l’économie était éprouvée bien avant la crise actuelle.

Perpignan 2020, porteur d’une réflexion de fond visant à réussir l’avenir de la ville, interdépendante de tout un territoire, constate l’échec d’une majorité socialiste locale et régionale sans crédibilité ni pouvoir de conviction au sein de la République. Ce réseau politique commande pourtant la Région Languedoc-Roussillon et le Conseil général des Pyrénées-Orientales, département d’où il a tiré trois sièges de députés sur quatre et un siège sénatorial sur deux.

Dans une compétition inavouée entre les différents territoires français, le « Sud de France », dérisoire à Paris, révèle sa vraie nature, celle de la communication compensant l’action. L’abandon de cette ligne, qui aurait dû désenclaver le Roussillon par le nord, est celui du système Bourquin, incapable de mettre à profit l’axe socialiste tracé jusqu’au sommet de l’Etat. Face à cette incapacité de lobby territorial, Perpignan 2020 signale que les auteurs de la condamnation économique du Roussillon sont désormais identifiés ».