Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, président de l’Agglo, François Calvet, sénateur des P-O, maire de Le Soler, 1er vice-président de la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée, Guy Ilary, maire de Tautavel, conseiller général, président de l’association départementale des maires, adjoints et de l’Intercommunalité des Pyrénées-Orientales, Patrick Got, maire de Baho… sans oublier, bien sûr, Gilles Foxonet, maire de Baixas, vice-président de l’Agglo, dont la commune constitue le point de départ, en France, de cette interconnection. Ce que n’a d’ailleurs pas manqué de souligner dans son discours Mariano Rajoy, président du Gouvernement espagnol, présent ce vendredi 20 février 2015, en fin de matinée, à Montesquieu-des-Albères, aux côtés du Premier ministre français, Manuel Valls.

Aux côtés de Gilles Foxonet (photo) et de dirigeants de RTE, se trouve le maire de Santa Llogaia d’Alguema (330 habitants), village espagnol qui se situe dans la comarque espagnole d’Alt Empordà (Province de Gérone), à l’autre bout de cette connexion nord-sud. Paris et Madrid souhaitent développer « une stratégie commune de développement des énergies renouvelables, des capacités et des interconnexions (…) ». La rencontre inaugurale d’aujourd’hui, sur le terrain, s’inscrit dans la droite ligne des conclusions de sommets franco-espagnols.

Ces projets d’interconnexions sont naturellement éligibles aux fonds de la Communauté européenne et peuvent donc être financés de manière rapide et exceptionnelle.