Communiqué

« Greenpeace vient de dévoiler 248 pages de document confidentiels sur le futur traité transatlantique. Ce document montre l’extrême dangerosité du traité transatlantique de libre-échange pour notre agriculture, l’environnement et surtout l’emploi.

En effet, le TAFTA vise à supprimer ce qui reste de droit de douane et de contingentement. Pire encore, il prévoit la suppression des normes environnementales, sanitaires et sociales qui selon les libéraux constituent des entraves à la libre concurrence. En ouvrant les portes à l’importation à bas prix de viandes bovine, porcine, et volailles, l’élevage français déjà en crise ne s’en relèvera pas, tant les distorsions de concurrence sont importantes avec les USA d’un point de vue sanitaire, environnemental, économique et social. Le secteur de l’élevage agricole pourrait disparaitre dans de nombreux pays européens. La menace est d’autant plus sérieuse que le traité de libre-échange avec le Canada, le CETA, déjà finalisé, qui doit être confirmé cet automne prévoit déjà des importations accrues de bœuf canadien en Europe. Cette importation massive de viande va engendrer une chute de revenu de 40 % à 50 % pour les producteurs européens de bovins.

Les négociations du TAFTA ne tiennent pas compte de la question du réchauffement climatique. Alors que Monsieur le Président de la République avait déclaré que la France serait vigilante pour que les accords commerciaux ne remettent pas en cause les avancées qui ont été décidées lors de la COP 21. François HOLLANDE doit stopper les négociations commerciales qui ne respectent pas les principes environnementaux de notre territoire.

Ce TAFTA va porter un coup fatal à ce qui reste de souveraineté alimentaire européenne. En ouvrant totalement ses frontières, l’UE va importer aussi le modèle alimentaire américain avec toutes ses conséquences sanitaires, environnementales et culturelles. Le MODEF s’inquiète des conséquences du TAFTA et appelle l’Etat français à défendre et à protéger l’agriculture familiale. Le MODEF continuera à se mobiliser pour condamner ce projet et stopper ces négociations ».