« L’agriculture a été longtemps considérée comme un métier d’homme, pourtant les femmes ont toujours travaillé sur les exploitations mais malheureusement elles n’avaient pas de statut reconnu. A l’occasion de la Journée internationale de la femme, le MODEF rappelle que les agricultrices jouent un rôle central dans le monde agricole.

En 2014, un quart des exploitations agricoles est dirigé par les femmes alors que celles-ci n’étaient que 8 % en 1970. L’évolution des statuts des femmes a permis leur reconnaissance professionnelle et une amélioration de leur protection sociale. Le MODEF se félicite de la reconnaissance de l’activité des femmes et des hommes au sein d’un groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC). Le MODEF estime que c’est une évolution très importante dans le statut des femmes agricultrices mais cependant il reste encore des femmes qui ne bénéficient pas de protection sociale et de droit à la retraite. Le MODEF continue à se battre pour informer et mettre en garde ces femmes pour qu’elles puissent obtenir un statut et une reconnaissance de leur travail.

Les femmes agricultrices disposent de nombreuses compétences essentielles dans l’agriculture d’aujourd’hui. Elles ont développé des activités nouvelles sur les exploitations notamment l’accueil à la ferme, la transformation de produits, la restauration à la ferme… Les femmes pratiquent davantage la diversification et elles proposent plus souvent un hébergement touristique.

Les jeunes femmes qui souhaitent s’installer sont confrontées à des inégalités et disparités entre les hommes et les femmes. Ces inégalités se retrouvent pour acquérir du foncier, les hommes qui partent à la retraite préfèrent louer ou vendre à des hommes plutôt qu’à des femmes. Selon le MODEF, il est impératif de mettre une politique volontariste pour les femmes et les hommes avec une politique de partage du foncier par la SAFER avec un système de location-vente.

Les femmes s’installeraient plus sur les exploitations à condition qu’on leur garantisse un revenu, un statut social respectueux de la parité femme-homme. Selon le MODEF, des mesures nécessaires doivent être prises pour installer des jeunes femmes et encourager la création et le développement des circuits de proximité ».

MODEF’66.