(Communiqué)

 

-« Après l’enquête publique, avis défavorable pour la déviation nord de Marquixanes. Cessons de penser déviation, imaginons d’autres solutions !

 

Trente millions d’euros pour gagner trente secondes ? Après la consultation publique consacrée au projet de déviation nord de Marquixanes en septembre dernier, la commission d’enquête a rendu son verdict : c’est non.

Cet aménagement impliquerait des investissements disproportionnés par rapport à son utilité et eu égard à ses impacts humains, urbains et environnementaux. Ce déplacement de la RN-116 d’à peine quelques dizaines de mètres au nord générerait plus d’inconvénients que d’avantages. Il ne saurait être considéré « d’utilité publique ».

Le groupe EELV – Pyrénées catalanes partage ce constat.

La mobilisation, cependant, doit se poursuivre.
La logique « aménagiste » a sa propre logique, le préfet peut passer outre cet avis de la commission d’enquête.

Déviation sud, déviation nord : cessons de penser déviations !
Voilà quinze ans que ces différents projets empêchent les habitants de Marquixanes, et particulièrement ceux qui vivent entre l’actuelle RN-116 et la Têt, de se projeter vers l’avenir.

Comme nous l’avons préconisé dans lors de notre participation à l’enquête publique sur ce dossier, il est temps désormais de travailler à une amélioration du franchissement de Marquixanes :
– en conservant l’emprise actuelle de la RN-116,
– en travaillant à des aménagements susceptibles d’à la fois fluidifier et sécuriser la circulation dans le village, améliorer la desserte et faciliter les déplacements notamment piétons et cyclistes.

Cela implique selon nous :
– le déplacement de l’arrêt de bus (dans les deux sens) à la hauteur de la salle des fêtes, avec voie d’arrêt en site propre, ceci pour permette aux bus de ne pas gêner la circulation sur la RN-116 lorsqu’ils desservent le village ;
– la création d’un « tourne à gauche » en face le magasin de tabac et en face la Pailleret, pour qu’une voie dédiée permette de tourner sans gêner la circulation.

Enfin, s’il y a sans doute un élément à sauver de ce projet de déviation (que tout cela n’ait pas été vain !), c’est l’idée de supprimer le passage à niveau sur la RN-116. Pourquoi ne pas imaginer, dans ce contexte, le passage en tranchée de la nationale sous la voie ferrée – autrement dit un tunnel – côté ouest ?

Nous espérons être entendus ».

 

 

David Berrué
Porte-parole groupe EELV (Europe Ecologie – Les Verts) – Pyrénées catalanes

 

Rapport DUP MECDU Marquixanes