– OUILLADE.eu : Vendredi dernier, à Laroque-des-Albères, lors d’un conseil communautaire de la Communauté de communes Albères/ Côte Vermeille, vous avez posé des questions sur les conditions d’embauche au sein de ladite intercommunalité…
– LIONEL NADAL : « Oui, j’ai fait mon rôle d’élu communautaire, j’ai en effet posé des questions et j’attend d’ailleurs toujours des réponses claires et écrites et non pas de simples « moi je moi je » ponctués de « moi je fais ce que je veux ». Cette façon de faire est symptomatique de ce que j’ai nommé le Jacobinisme Argelesien. Nous sommes une communauté de communes ce qui implique de la transparence, du travail ensemble, l’autocratie n’a plus sa place en 2015.   Mais je vous rassure Albères-côte Vermeille-Illiberis n’est pas la seule intercommunalité touchée par ces vieux réflexes ».
– OUILLADE.eu : Pouvez-vous développer ?
– LIONEL NADAL : « Mutualisation du directeur général, mutualisation de la responsable des ressources humaines, la prochaine très probable mutualisation des finances et j’en passe (tout cela entre la mairie d’Argelès-sur-Mer et l’intercommunalité Albères/ Côte Vermeille), peu à peu tous les postes clés sont centralisés sur la commune d’Argelès-sur-Mer qui a ainsi la main sur tout.
Ma vision d’une interco moderne est toute autre, elle est très éloignée de ces vieux réflexes de clochers. La communauté de communes doit être le lieu de la démocratie de proximité,  c’est la taille idéale pour mener à bien des projets d’envergures, pour poser des politiques à l’échelle d’un territoire cohérent.   Toute la difficulté réside dans la mise en place d’une gouvernance équilibrée, il nous faut tous ensemble innover, imaginer de nouvelles façons de faire pour préserver l’équilibre, s’obliger à travailler tous ensemble et suivre des objectifs communs bénéfiques à tous ».
– OUILLADE.eu : Avez-vous des exemples à nous communiquer ?
– LIONEL NADAL : « Bien sur, tout d’abord pourquoi ne pas mettre en place une présidence tournante ? Pourquoi ne pas créer une commission collégiale pour les embauches ?  Pourquoi ne pas définir une vision politique pour notre territoire à 10 ans, 15 ans, 20 ans ?
Aujourd’hui c’est tout autre, la vision est sous-traitée à des cabinets extérieurs et non définie entre élus, le président décide des embauches, nous faisons travailler un cabinet d’experts pour définir les mutualisations à faire sur notre territoire et, en parallèle, c’est toute la mairie d’Argelès qui peu à peu travaille à l’interco sans même en attendre le résultat ! Cela ne peut plus durer ».
– OUILLADE.eu : Vous avez tout-dernièrement encore reparlé du prix de l’eau, vieux serpent de mer, qu’en est-il ?
– LIONEL NADAL : « C’est là aussi un exemple flagrant du fonctionnement actuel.
Force est de constater que les usagers ne sont pas tous égaux devant leur facture !  Comment pouvons admettre que certains dans notre intercommunalité payent 3 fois moins cher que d’autres ?  Il semblerait cependant, qu’après avoir insisté sur le sujet, enfin ce problème soit pris en compte dés cet été au travers d’un groupe de travail chargé d’étudier le lissage du prix de l’eau. Vous pouvez compter sur moi pour y participer ».
– OUILLADE.eu : Vous semblez très attaché au principe même d’intercommunalité ?
 – LIONEL NADAL : « C’est l’impression que je vous donne ? (sourire)…  Oui, oui et OUI ! Intercommunalité rime avec des valeurs qui me sont chères : solidarité, partage,  c’est une union pleine de sens, elle permet de rêver un avenir meilleur à nos enfants, c’est une addition de diversités qui nous donne les moyens de faire mieux !
Ne vous trompez pas, mon combat n’est pas un combat contre c’est un combat pour ».