Communiqué de France JAMET (photo ci-dessus) et Jean-Paul PILOZ, conseillers régionaux – membres de la Commission « Transports et Infrastructures »

 

« Relier Toulouse à Paris en un peu plus de 3h, c’est un beau projet, un projet ambitieux mais un projet déjà bancal. En effet, à deux mois de la déclaration d’utilité publique (prévue le 8 juin), nous ne savons toujours pas qui va mettre la main à la poche pour débourser les 9,1 milliards d’euros nécessaires à sa réalisation.


Alors que les avis défavorables se succèdent (Cour des Comptes en 2014 et Commission d’enquête publique en 2015) et que de nombreux acteurs se sont déjà retirés du projet (comme le Lot-et-Garonne et le Gers), Carole DELGA et Jean-Luc MOUDENC persistent.

 

Les moyens de financement qu’ils proposent ne sont que de fausses bonnes solutions. L’allongement de la durée de la dette et valorisation du foncier autour des gares se traduiront forcément par une hausse d’impôts. Le recours à des fonds souverains étrangers (encore le Qatar ?) pose également de multiples questions sur notre capacité à investir de façon indépendante sur notre territoire.


Le Front National continue de proposer la seule vraie solution : la taxation des poids lourds étrangers qui utilisent en masse les routes françaises sans contribuer à l’aménagement du territoire. Mais nous insistons plus particulièrement sur l’urgence du moment. Avant de chercher à trouver 9,1 milliards pour une ligne à l’utilité incertaine, il faut d’abord trouver les 5,5 milliards d’€ nécessaires à l’indispensable raccordement Montpellier-Perpignan ! ».