Le chef du gouvernement, Edouard PHILIPPE, a-t-il commis la semaine dernière son premier faux-pas en politique ? L’Histoire nous le dira.

Ce que l’on peut déjà affirmer c’est que, jeudi dernier, en débarquant en Languedoc-Roussillon, pour soutenir très officiellement et très politiquement (est-ce la rôle d’un 1er ministre ?) deux candidates de La République En Marche! (LREM) – Christine ESPERT, sur la 2ème circonscription des P-O ; et Marie SARA, sur la 2ème circonscription du Gard – Edouard PHILIPPE a certes mouillé la chemise (dans une campagne électorale caniculaire), mais il a surtout fait élire deux député « frontistes » : Louis ALIOT et Gilbert COLLARD.

Dans les autres circonscriptions des départements des P-O et du Gard, les autres candidats FN-RBM doivent râler de ne pas avoir eu droit à un passage du 1er ministre d’Emmanuel MACRON !

Désormais, en Languedoc-Roussillon en tout cas, Edouard PHILIPPE trainera un boulet médiatique sur le terrain catalano-occitan : partout où il passe soutenir quelqu’un(e), il assure la victoire du Front National. En tout cas, il aura porté l’estocade à la torera Marie SARA et à la secrétaire départementale du MoDEM’66, Christine ESPERT. Peut-être qu’à Paris, avant de le laisser filer au Sud pour ces deux déplacements grandguignolesques, son entourage a-t-il négligé de dire au 1er ministre qui il devait véritablement soutenir ? Il ne suffit pas, quand on se déplace en politique, du Nord au Sus, d’avoir en main une carte Michelin… et le mode d’emploi pour ouvrir un parachute !