Comme à l’accoutumée, pour ce second tour des élections législatives qui avait lieu avant-hier, dimanche 19 juin, le front républicain a sorti la grosse bertha s’agissant de faire pression sur les électeurs afin qu’ils fassent « barrage à l’extrême droite », incarnée par le Rassemblement National (RN) aux yeux de toute la gauche – PS, EELV, PCF, LFi, NAP…-, des centristes (MoDem* et UDI), d’une partie des LR et des catalanistes.

Chacune de ces formations politiques, où le RN était présent au 2nd tour des Législatives, a communiqué, via la presse locale et les réseaux sociaux pour dire « Qu’aucune voix ne devait aller au RN ».

Pour la première fois, au travers de communiqués publiés dans les journaux et sur les blogs, nous avons eu droit à des mots d’une extrême violence – avec une complicité médiatique inouïe – à la limite de la diffamation et de l’injure publique, pour tenter de discréditer les candidat(e)s du Rassemblement National. Est-ce cela la Liberté d’expression ? Drôle d’époque épique.

Sauf que cette fois-ci, cela n’a pas marché. A la sortie, les quatre candidates RN dans les P-O ont été élues. Et sur des scores qui ne souffrent d’aucun appel, d’aucune contestation.

La gauche comme la droite roussillonnaises ont donné des consignes claires. En tout cas, par des porte-paroles-donneurs-de-leçons-autoproclamés. Mais le Peuple a tranché, en son âme et conscience.

Prenons le seul exemple de la 4e circonscription, où des maires de tous bords politiques – Marie Costa (Amélie-les-Bains-Palalda, Divers Droite catalaniste) ; Grégory Marty (Port-Vendres, droite) ; Guy Llobet (Collioure, Divers Gauche) ;  Christian Nifosi (Villelongue-dels-Monts, PS) ; Antoine Parra (Argelès-sur-Mer, Divers Gauche) ; Jean-Michel Solé (Banyuls-sur-Mer, Divers Droite) ; Claude Ferrer (Prats-de-Mollo-La-Preste, catalaniste) ; Christian Nauté (Laroque-des-Albères, Divers Droite)… – ont appelé, parfois avec véhémence, à « faire barrage au RN et à voter pour le député sortant de La République En Marche, Sébastien Cazenove »

A l’arrivée, incontestablement, à la lueur des résultats, cette potée politique catalane touillée dans une grande marmite indigeste, pour un remix du front républicain, aura été plutôt un handicap pour le candidat-député-sortant Sébastien Cazenove. Elle aura desservi ce dernier. Il aura été humilié jusqu’aux fonds des urnes de la 4e circonscription par la candidate du RN, Michèle Martinez, laquelle, elle, a obtenu in fine le soutien indéfectible des électeurs-trices !

En tout cas, cette ouillade politique de maires volant au secours du député sortant – après pour certains d’entre eux l’avoir critiqué en coulisses pendant des mois qui ont précédé ces Législatives -, vient démontrer que ladite spécialité catalane ne se consomme qu’en hiver ! A bon entendeur…

 

L.M.

 

*Notons ici que le président départemental du MoDem66, Guy Torreilles, particulièrement sur cette 4e circonscription des P-O, mais aussi ainsi que sur la 2e et la 3e, avait dès le départ émis de sérieuses réserves vis à vis du choix « des candidat(e)s investi(e)s par Paris ». Il s’en était même désolidarisé pendant la campagne, et… les faits lui ont donné raison.