Jean-Marc Pujol (LR/ Les Républicains), ancien maire de Perpignan (2009-2020), ancien président de la communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), a annoncé que dimanche prochain, lors du second tour des élections législatives, il votera « blanc » dans la 3e circonscription des P-O, où il est domicilié, refusant absolument de choisir entre la candidate du RN (Rassemblement National), Sandrine Dogor-Such, arrivée en tête le soir du 1er tour, dimanche dernier, et la candidate de la NUPES, Nathalie Cullell.

Dans les rangs dr RN, la réaction est unanime : « Ce manque de courage ne surprend pas. C’est un secret de Polichinelle. Le contraire aurait été étonnant, pour ne pas dire… « abracadabrantesque » ! C’est une contribution supplémentaire à l’enterrement de sa propre famille politique ».

A l’extrême gauche : « Cette réaction de M. Pujol est totalement incompréhensible… Le moins que l’on puisse dire à ce sujet c’est qu’il n’est pas très reconnaissant avec la gauche qui, elle, en 2020, n’a pas hésité à appeler à voter pour lui afin de faire barrage à Louis Aliot… ».