Alors que Jean-Paul ALDUY, ancien sénateur-maire centriste de Perpignan continue de placer ses gens localement et d’avancer ses pions au sein de mouvement « En Marche! » de l’ancien ministre de l’Economie, Emmanuel MACRON, candidat à l’élection présidentielle d’avril prochain, Clotilde RIPOULL (candidate malheureuse à l’élection municipale perpignanaise de mars 2014) attendrait le signal d’un autre ancien ministre, Jean-Louis BORLOO avant de se décider, « prête à rejoindre la meute des opportunistes locaux » nous dit-on depuis que François BAYROU s’est rangé de manière « Matignonesque » derrière Emmanuel MACRON… Seulement voilà, Jean-Louis BORLOO a déjà annoncé qu’il ne mangeait pas de ce pain là… A suivre.

Reste, entre autres cas, celui de Brice LAFONTAINE, jeune et dynamique adjoint en charge des « Catalaneries » – c’est ce qu’en dise ses amis qui siègent à ses côtés dans l’équipe municipale présidée par Jean-Marc PUJOL – auprès du maire LR (Les Républicains) de Perpignan, conseiller communautaire, ancien Secrétaire Général du parti indépendantiste Unitat Catalana (UC).

Lui aussi est un fervent supporter d’Emmanuel MACRON, il s’est positionné à ses côtés dès l’annonce officielle de sa candidature à l’Elysée, on ne peut pas le lui reprocher.

Il n’en demeure pas moins que, selon les observateurs, l’heure de trancher a sonné pour lui : Brice LAFONTAINE ne peut plus rester dans l’équipe municipale, en tout cas aux fonctions d’adjoint qu’il occupe à la tête des délégations (notamment les « Affaires Catalanes ») qui lui sont attribuées. Il est de plus en plus évident qu’il sera investi par « En Marche! » sur la 1ère circonscription des P-O, c’est-à-dire face à son collègue Daniel MACH, maire de Pollestres, 3ème vice-président de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), investi lui par le parti du candidat élyséen François FILLON, Les Républicains (LR). Les deux hommes siègent dans la même Majoritaire communautaire. Il faut également tenir compte que depuis avant-hier, une autre élue de la Ville, Suzy SIMON-NICAISE, adjointe qui siège elle-aussi aux côtés de Brice LAFONTAINE sur les bancs du conseil municipal de Perpignan, dans la même équipe donc !, a porté plainte contre un certain… Emmanuel MACRON ! Pour les propos que celui-ci a tenus contre la présence française en Algérie lors de la colonisation, la qualifiant très maladroitement de « crime contre l’humanité »

Bref, toujours selon ces mêmes observateurs : « Brice LAFONTAINE n’a plus d’autre choix aujourd’hui que de se mettre en retrait de cette équipe municipale, de rendre lui-même ses délégations – ce qui l’honorerait et qui démontrerait que l’on peut réellement faire de la politique autrement – sinon il prend le risque, en voulant le beurre, l’argent du beurre et le crémier, de faire imploser la Majorité perpignanaise, certains d’ailleurs tentant de faire pression auprès du maire pour le pousser à agir ainsi… ».

A suivre, là-aussi.