A quelques mois des élections européennes, les Jeunes Républicains ont choisi le thème « L’Europe quel bilan ? » pour leur campus organisé au Touquet du 7 au 9 septembre 2018.

 

« Daniel Fasquelle, député du Pas de Calais, m’a demandé de venir donner mon témoignage sur une réalisation concrète en Europe : l’hôpital transfrontalier commun à la France et à l’Espagne.
J’ai donc exposé l’historique de l’hôpital en l’intitulant « L’Europe qui soigne les gens » et donné ainsi une vision optimiste de l’Europe, au moment où on assiste aux réserves de nos concitoyens.
Plus de 20 années auront été nécessaires pour que l’hôpital transfrontalier, dit Hôpital de Cerdagne voit le jour et permette, 300 ans après le Traité des Pyrénées, de réunir les deux Cerdagne, française et espagnole, autour d’un projet de santé porté par les acteurs de terrain, les élus et les professionnels de santé.
Cette réalisation exemplaire a débuté au Château de Pedralbes, à Barcelone, par la signature entre Dominique de Villepin, notre Premier Ministre d’alors, José Luis Zapatero, le premier ministre espagnol, et la ministre de la santé catalane, le 17 octobre 2005, de la déclaration d’intention sur la coopération sanitaire entre la France, l’Espagne et la Catalogne.
En 2007, Xavier Bertrand, ministre de la Santé, signait la création du Groupement Européen de Coopération Territoriale pour encadrer et gérer le projet d’hôpital. Jean Castex, alors Directeur des Hôpitaux, a été un des maillons les plus importants de cette réalisation.
En septembre 2014, l’hôpital de Cerdagne ouvrait ses portes.
Le montant des travaux s’est élevé à 31 millions d’euros dont 60 % ont été financés par l’Europe, soit 18,6 millions, voilà une réalisation concrète de l’Europe !
La France a participé au financement à hauteur de 40 % et la Generalitat de Catalunya à hauteur de 60 %, la commune de Puigcerda a mis à disposition le terrain.
Cet hôpital compte 68 lits. Il est doté des équipements hospitaliers les plus modernes et bénéficie d’un personnel de haute compétence, qui parle français, espagnol et catalan.
Les difficultés sont venues des états et non de l’Europe, notamment en termes d’état civil (naissance, décès) de sécurité et même de courrier. Petit à petit tout rentre dans l’ordre et le fonctionnement s’optimise permettant ainsi à une population de montagne d’avoir un égal accès aux soins.
Il est important en ces temps de précampagne européenne et de doute, de faire état de cette réalisation, unique en Europe, l’Europe qui soigne les gens ».

 

François CALVET, sénateur LR (Les Républicains) des P-O, ancien député-maire du Soler.