Marie-Hélène RUART-LUCQUIN, maire du Perthus (canton Albères-Vallespir), a été mise en minorité au sein de sa propre majorité municipale, hier soir, en séance publique du conseil municipal.

Si le compte de gestion 2017 a lui bien été approuvé, par 13 voix pour et aucune contestation, en revanche cela n’a pas été le cas ni pour le compte administratif 2017 ni pour le budget primitif 2018, lesquels ont été rejetés respectivement par 8 voix contre et seulement 4 voix pour, 8 voix contre et 5 voix pour.

La maire envisagerait de convoquer à nouveau son conseil municipal pour réexaminer la situation ce samedi 14 avril…

En préfecture des Pyrénées-Orientales, parmi les proches du préfet Philippe VIGNES, on observerait de très près cette situation pour le moins embarrassante, voire fâcheuse, car l’an passé déjà Marie-Hélène RUART-LUCQUIN avait connu la même mésaventure sans pour autant, dans la foulée, convoquer à nouveau les élus du conseil municipal du Perthus pour remettre de l’ordre. Mais cette fois-ci, l’Etat pourrait ne pas rester médusé, indifférent, face à ce que certains assimilent déjà à « un déni de démocratie ».

Egalement, il semblerait que dans l’entourage du Grand-Argentier du Département, Robert GARRABé (PS), conseiller départemental du canton, vice-président du Département, maire de Saint-Jean-Pla-de-Corts, on apprécie peu cette situation extravagante, ou plutôt surréaliste, pour le moins !