Encore une démission au sein de la majorité du Conseil municipal de la commune Le Boulou : un adjoint jetterait l’éponge… pour mieux préparer son avenir ? On en parle. On en reparlera.

 

Décidément, la vie municipale de la station thermale n’est pas un long fleuve tranquille : démission au sein des adjoints, ou démissions du conseil municipal tout simplement, voila ce(ux) qui rythme(nt) la vie de la commune depuis des années : COMES, CASENOVE, MARSA, BRUNEAU, QUINTANE et, dernièrement, FAUCON (l’ancien président du comité des fêtes). Rien que ça !
Existe-t-il un point commun dans tout ce remue-ménage ? Non, à priori.  Si ce n’est, peut-être, de siéger au sein de la même liste, avec certes une implication pas toujours réelle et constante pour certains… Le mariage de la carpe et du lapin de gauche et de droite, aurait-il trouvé ses limites sur les berges du Tech ?… « 0ù les ambitions des uns et des autres ne sont pas sans nous rappeler une fameuse fable, vous savez celle où la grenouille tente d’apparaître aussi grosse que le bœuf », préfère en sourire un Ancien du village sur un ton anecdotique.
En tous cas, les rumeurs vont bon train. Il est aussi vrai que le TGV ne passe pas trop loin du bourg-centre, même s’il n’y fait pas une halte. Et ce sont ces mêmes rumeurs qui alimentent l’élaboration d’un nombre important de listes ! Le sport roi, au Boulou, n’est plus le rugby des NOGUERES, BARDES and C°, figures illustres du village, mais bien de voir qui boit le café avec qui le matin ? Entre les déçus, ceux qui ont préféré garder leurs indemnités jusqu’à « presque la fin », mais qui se placent pour l’avenir, et ceux qui sortent tous les six ans pour défendre un dossier… et ceux qui n’en veulent pas : « la vie municipale boulounencque ne manque pas de piquant et de saveurs. DUCROS aurait pu y ouvrir une unité de production de purée d’aromates ! », s’amuse l’Ancien du village, de caricatures en caricatures.
Quelques noms circulent bien, d’ailleurs, tels : Jean-Christophe BOUSQUET, qui serait le dauphin d’un PS (en crise) ; il aurait surtout le soutien avantageux (du moins le croit-on) du conseiller départemental et maire de Saint-Jean-Pla-de-Corts, Bob GARRABé. Mais comment assumeront-ils le triste dossier du collège qui finalement ne verra jamais le jour, au Boulou en tout cas ? Sans doute une promesse électorale pour 2020 ? A voir. Ou plutôt à suivre, sachant que les promesses n’engagent que ceux qui y croient (air connu).  François COMES, démissionnaire, mais qui a longtemps assumé le (très coûteux) projet de Musée de l’Eau : qu’en penseront les Boulounencs ? Sera-t-il le second favori du Département ? Il est également question d’un certain Monsieur PELISSIER pour partir au combat, électoral on vous rassure.

Voyez, cela en fait du monde qui se bousculerait déjà au portillon des municipales de 2020… Et en plus, c’est sans compter avec Alexandre PUIGNAU, maire de la commune Les Cluses, dont beaucoup de boulounencs, selon une insistante rumeur, souhaiteraient qu’il se présente. Cependant, il semblerait que celui-ci reste très attaché à son village. Il aurait d’ailleurs décliné l’invitation de certains états-majors politiques. Et de personnalités en vue. Basta !

D’autres noms, d’autres personnalités locales encore ? Allons-y gaiement, il y a près de 6 000 habitants au Boulou. MM. FRANCES, LAFUENTE, PLAZANET, CASALS… et, du côté des dames, le jeu reste également très ouvert avec de possibles ou probables candidatures de Mme BRUNEAU, de Rose-Marie QUINTANE, voire de Myriam GRANAT ?

Décidément, la capitale du bouchon de liège reste une place politique très attractive, redoutablement attractive… Mais, au fait, y’a-t-il des projets pour remettre Le Boulou sur le devant de la scène ? Cela, c’est moins sûr. A vista de nas (puisque désormais nous voilà en Occitanie…), Jean-Pierre SALGAS, ancien maire du Boulou (de juin 1995 à mars 2008), doit regretter de n’avoir pas tranché entre deux de ses adjoints, il y a plus d’une décennie… Mais, au Boulou comme ailleurs, en sport comme en politique, on ne refait pas le match !