Pierre Aloy, ancien délégué FN sur la 2ème circonscription, répond aux propos le concernant tenus récemment dans ces mêmes colonnes par Me Louis Aliot, vice-président du FN et conseiller régional des P-O :

« Récemment cher Louis, tu as fait allusion dans un communiqué de presse à mon exclusion du Front national, alors que j’avais participé à une conférence de presse télévisée…

Avec le temps, on s’est rendu compte que nous avions été les sauveurs du FN !

Car cette expulsion a été due alors que vous aviez les yeux fermés sur l’attitude du sieur Peltan qui est venu jusqu’à changer les serrures de la fédération départementale du FN’66. Tout cela pour nous amener à Bruno Mégret

J’en reviens à mon expulsion et celle de mes amis. Car à l’époque nous avions été désignés par le Bureau politique du FN à Paris comme candidats aux élections… alors que le lendemain nous ne faisions plus partie de ces candidatures.

Pourtant, je tiens à souligner ici que depuis la campagne de Me Tixier-Vignancourt, où nous avions monté le chapiteau avec Roger Holeindre, je n’ai, moi, jamais bougé d’un Slotie !

Maintenant, pour en revenir plusq précisément au Barcarès, si Cher Louis tu as une quelconque revendication ou problème avec M. Alain Ferrand, tu t’adresses directement à lui.

Quant à moi, je tiens à te préciser que je me suis présenté contre M. Ferrand aux dernières élections cantonales et qu’il avait pour suppléante une certaine Véronique Pastoureau. La même qui a aujourd’hui ton soutien et sur laquelle tu dis vouloir engager le FN pour les prochaines municipales… Avoue Louis que c’est plutôt étonnant, paradoxal, voire inquiétant, d’avancer avec elle sous le slogan « tête haute et mains propres » contre le maire du Barcarès, alors qu’elle a été l’un de ses plus fidèles soutiens contre nous !…

Même aujourd’hui le responsable départemental de l’UMP’66, le sénateur François Calvet, maire de Le Soler, dit ne plus la comprendre.

Tu fais aussi allusion  au fait que je ne serai plus le porte-parole des militants du FN sur la 2ème circonscription… Je te rassure, eux, les militants et les sympathisants du FN, savent qui je suis et ce que je défends, malgré les propos de Mme Fesenbeck qui annonce soudainement que que ce ne suis plus le représentant du FN sur la 2ème circonscription. Ravi de l’apprendre, je n’en fais pas ombrage, mais permets moi de penser et de l’écrire que le procédé manque, pour le moins, d’élégance…

Moi, je n’ai pas amené deux coucous – Irina Kortànek et Daniel Philippot, candidat à des municipales sur une liste conduite par un socialiste… – car moi, depuis vingt-cinq ans, je milite en Salanque pour faire émerger le Front au plus haut-niveau !

C’est moi, avec d’autres certes, qui, en 1986, ait amené Pierre Sergent à la victoire face à un communiste, André Tourné, en place depuis plus de trente ans. J’étais d’ailleurs rattaché au cabinet de Pierre Sergent pour les problèmes des Rapatriés… C’est encore moi qui, avec mon ami Philippe Monflier, avons mis en ballotage M. René Marquès, alors maire de Saint-Laurent de la Salanque et président du Conseil général des P-O…

En conclusion, Louis, je voudrais te dire que si tu souhaites mon expulsion du FN tu peux le faire ! ».