Au terme de la garde à vue de quarante-huit heures, Alain Ferrand, maire du Barcarès, 1er vice-président de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM) et Frédéric Aloy, maire-adjoint délégué à l’Urbanisme, qui étaient entendus par le Parquet de Marseille, ont été présentés ce jeudi 6 mai 2021 devant le magistrat instructeur des Bouches-du-Rhône

 

Les deux élus, avec trois autres personnes également domiciliées au Barcarès, avaient été interpellés mardi matin par les enquêteurs de la police judiciaire de Montpellier. Auditionnés à Marseille, ils ont été mis en examen aujourd’hui pour « extorsion en bande organisée, concussion et complicité de destruction de preuves », selon un communiqué du Parquet de Marseille. « Les faits, commis sur la période 2015-2020  ont consisté à faire usage de la contrainte pour, d’une part, recouvrer auprès d’exploitants de campings des droits et taxes indus pour financer des travaux de voirie et d’autre part, imposer à des commerçants la location de parasols auprès de la mairie« , ajoute ledit communiqué.

Trois autres personnes étaient entendues dans le cadre de cette affaire judiciaire, parmi lesquelles deux employés municipaux – la secrétaire du maire (libérée dès hier soir 20h) et un salarié de la Régie -, auditionnés eux depuis également quarante-huit heures, mais dans les locaux du SRPJ de Montpellier.

Ce soir, comme nous l’avions précédemment indiqué dans les colonnes de Ouillade.eu, tous les protagonistes ont pu regagner librement leur domicile roussillonnais. Seul Alain Ferrand se voit assigner à résidence avec interdiction donc de se rendre dans les P-O.

 

L.M.