« C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris la disparition du Président Christian Bourquin. Une nouvelle fois le destin frappe durement notre Région.

Mes premiers mots, auxquels se joignent mes colistières Sabine Muller et Véronique Pastoureau ainsi que les membres du mouvement Le Citoyen Barcarésien, vont à sa famille et ses proches à qui je présente mes plus sincères condoléances.

La Région Languedoc-Roussillon perd un homme qui ne laissait pas indifférent. Christian Bourquin on l’aimait ou on le détestait, tout comme Georges Frêche dont il fut un compagnon de route.

Il n’y avait pas de demi-mesure avec lui. Il prenait des décisions et les défendait avec ténacité, conviction et courage.

La défense de l’intégrité du Languedoc-Roussillon aura été son dernier grand combat.

Ce combat il va falloir le poursuivre, non pas au nom de sa mémoire mais pour l’amour que nous portons à notre région, notre terre, nos racines…

Il a ouvert la voie ! A nous maintenant, au-delà des idéologies partisanes, d’aller jusqu’au bout de ce chemin. Car le Languedoc-Roussillon est une entité territoriale viable à laquelle il faut croire et pour laquelle il faut se battre à tous les échelons.

Christian Bourquin ne doit pas être celui que l’Histoire, que certains veulent écrire contre la volonté des Citoyens, décrira comme étant le dernier Président de la Région Languedoc-Roussillon.

L’accent Catalan et l’accent du Languedoc doivent encore résonner au cœur de notre Nation, au cœur de notre République ».

Yvan Naya-Dubois, conseiller municipal du Barcarès.