Pour un seul point positif – « Une situation financière actuelle de la commune du Barcarès globalement maîtrisée » – les experts de la. Chambre régionale des comptes n’y vont pas par quatre chemins dans leurs conclusions concernant leur rapport annuel (2013)…

Ils soulignent entre autres « Que la fiabilité des comptes présentés est perfectible, en raison notamment de l’absence de constats de provisions pour des créances irrécouvrables d’un montant significatif (…) ».

Les magistrats pointent du doigt « les ratios d’endettement du Barcarès qui sont supérieurs à ceux des communes comparables, et des comptes qui font apparaître un ratio de désendettement supérieur à 12 ans (…) ».

Plus loin, les rapporteurs s’inquiètent de « l’examen de la gestion du personnel qui a révélé une absence pour maladie ordinaire importante (…). La commune ne maitrise pas les règles de la commande publique. Nous avons relevé encore des achats pour des montants significatifs de produits alimentaires et de boissons qui sont réalisés sans marché public (…) ».

La consommation de fluides , eau, électricité (…) paraît très importante. Sans oublier la fourniture en carburant des véhicules municipaux qui serait impressionnante ?…

Les recommandations sont au nombre de 7 et s’étalent sur  une analyse de 78 pages.

Elles concernent aussi bien la gestion de la commune que celle du port de plaisance… et tirent doublement la sonnette d’alarme s’agissant du « très inquiétant » projet de réaménagement du port qui pourrait être « un gouffre »…

Question : Si ce rapport de la très influente Chambre régionale des comptes avait été diffusé dans l’opinion publique juste avant les élections municipales des 23 et 30 mars 2014, cela aurait-il changé le cours de l’histoire locale ?