« Droit de réponse : Une décision sans intérêt compte tenu du non-lieu général dont a bénéficié Joëlle FERRAND »

Sous ce titre, Alain FERRAND, maire du Barcarès, et le Groupe majoritaire de l’équipe municipale communiquent :

« Une partie des élus de l’opposition a jugé opportun de se faire l’écho d’une décision rendue par le Tribunal administratif de Montpellier et, comme à leur habitude, ils en ont détourné le sens et la portée.

La calomnie, le mensonge et l’instrumentalisation des procédures sont les seuls moyens dont ils disposent pour tenter d’exister.

Chacun pourra regretter que les élus du Citoyen Barcarésien n’aient toujours pas compris que la stratégie du pompier pyromane ne marche pas.

Il ne suffit pas de créer des polémiques et d’instrumentaliser des procédures pour pouvoir toucher à l’intégrité de ceux qui ont eu l’honneur d’avoir la confiance de leurs concitoyens.

Au cas d’espèce, le Conseil municipal avait octroyé le bénéfice de la protection fonctionnelle à Joëlle FERRAND, afin qu’elle puisse se défendre dans le cadre d’une affaire montée de toute pièce et issue (comme toujours) d’une dénonciation calomnieuse de la part des élus d’opposition.

Fort naturellement, les cabales et calomnies n’ont pas eu de suite, puisque notre ancien maire a bénéficié d’un non-lieu général face à des accusations toutes plus invraisemblables les unes que les autres, et toujours imaginées par les membres du Citoyen barcarésien.

Pour respecter le secret des procédures, le Conseil municipal n’avait pas jugé opportun de préciser la nature des faits objets des dénonciations mensongères.

C’est la seule chose qui a été relevé par le Tribunal administratif de Montpellier, un détail de forme dont l’importance se résume quasiment à rien compte tenu du fait, et c’est bien là l’essentiel, que Joëlle FERRAND a bénéficié d’un non lieu général il y a maintenant plusieurs mois.

Autrement dit, la décision du juge administratif, loin d’épingler quiconque, invite seulement les élus de la ville à régulariser la décision dont à bénéficier l’ancien maire ; bien que cela n’ait aucune utilité en l’absence de mise en cause de quelque nature que ce soit.

En étant plus souvent sur la ville, et en se tenant mieux informés de l’actualité, les élus d’opposition auraient pu éviter de s’arroser une fois de plus avec leur propre arrosoir.

Une polémique sans intérêt et alimentée autour d’un non-sujet. Voilà donc le nouvel os à ronger trouvé par les élus du Citoyen barcarésien

Personne n’est dupe ! Dans les jours, les mois et les années qui viennent, le Citoyen barcarésien ne manquera pas de mentir et de calomnier à nouveau, en instrumentalisant tout et n’importe quoi. C’est la seule chose qu’ils savent faire !

Fort heureusement, il y a bien longtemps que personne ne prête plus aucune attention à ces basses manœuvres, à part la poignée d’individus qui les organisent ».