« Droit de réponse de Irina KORTÁNEK, Conseillère régionale Languedoc-Roussillon à M. FERRAND, maire du Barcarès »

« Par communiqué de presse en date du 10 septembre 2013, M. Ferrand, maire du Barcarès fait part de sa réaction quant à la « polémique » soulevée par le FN et souhaite ainsi rétablir la « vérité » ….. si, si, le mot est bien de M. Ferrand !

Cette réaction a au moins le mérite de mettre à jour le véritable positionnement de M. Aloy aux côtés d’Alain Ferrand, positionnement qui s’était d’ailleurs révélé lors des élections législatives de juin 2012.

Comme le rappelle M. Ferrand, certaines personnalités n’ont pas déposé de gerbe au nom de leurs partis politiques respectifs. Il est tout aussi vrai que M. Ferrand serait bien embarrassé de déposer une gerbe au nom de l’UMP alors qu’il a soutenu la candidature socialiste aux législatives de 2012 et qu’il n’a pas eu la politesse d’inviter le député – pourtant UMP !! – de la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales dont dépend la commune du Bacarès. Par conséquent, l’on est en droit de se demander effectivement au nom de quel parti il pourrait déposer une gerbe.

En outre, M. Ferrand trouve « quelque peu osé » la remarque de Louis Aliot sur le déroulé de la cérémonie. M. Ferrand a décidément la mémoire soit courte, soit particulièrement sélective. Qui a profité de la participation de Marine Le Pen et de Louis Aliot à la même cérémonie en 2011, la veille même de l’élection municipale du Barcarès? Il semblerait donc que, selon le contexte électoral, la cérémonie en hommage aux rapatriés et aux Harkis peut ou non revêtir une couleur politique!

Alors M. Ferrand, si vous qualifiez la remarque de Louis Aliot de « quelque peu osée », à titre personnel, je qualifie votre attitude de profondément anti-républicaine, impolie et irrespectueuse envers la mémoire des personnes tombées pour la France, envers les rapatriés et les Harkis pour lesquels aucune des personnalités présentes à la cérémonie n’a eu – a minima – un mot de reconnaissance.

Que vous l’admettiez ou non, vous nous avez abreuvés de discours de campagne lors de cette cérémonie, vous recourez à des termes dont vous ignorez manifestement la définition et vous n’avez même pas la politesse élémentaire de saluer des élus de la République. Vous voulez rétablir la vérité ? Très bien ! Mais alors rétablissez-la intégralement, car chez vous, la vérité comme la mémoire semblent hémiplégiques. Encore un oubli de votre part: le lendemain de la cérémonie, soit le dimanche 8 septembre, le ruban de notre gerbe avait été retiré. Pouvez-vous nous rappeler l’article de loi qui interdit à un parti de déposer une gerbe commémorative, non à des « fins publicitaires » comme vous l’indiquez, mais en hommage à celles et ceux qui nous ont quittés et à celles et ceux qui sont encore parmi nous ? Mais j’oubliais, il est vrai que le respect de la loi ne fait malheureusement pas partie de vos vertus.

Que les choses soient bien claires, M. Ferrand : vous pouvez ne pas saluer, nous ignorer et nous tenir à l’écart, ce qui d’ailleurs nous honore, cela n’a aucun effet sur notre détermination à assister à cette cérémonie ni sur notre volonté à poursuivre notre engagement envers les rapatriés et les Harkis ».