Le nouveau Conseil municipal de la commune du Barcarès, issu des urnes du 1er tour des élections municipales qui a eu lieu le dimanche 15 mars dernier*, a été officiellement installé hier, mercredi 27 mai, en début de soirée. Alain Ferrand (LR/ Les Républicains) a été réélu dans le fauteuil de maire.
Son épouse, Joëlle Iglésias-Ferrand, siègera également au sein du Conseil mais dans les rangs de l’Opposition. A l’issue de cette installation, elle a d’ailleurs déclaré : « Tout s’est bien passé. Chacun à sa place, dans son rôle ; j’ai voté la liste des adjoints car j’y ai beaucoup d’ami.e.s ».
*Dimanche 15 mars 2020, 1er tour : Alain Ferrand (2 018 voix, soit 60,56%) ; Joëlle Iglésias-Ferrand (966 voix, soit 28,99% des suffrages exprimés) ; Virginie Geneviève Brodin (348 voix, soit 10,44%).

 

Nous publions ci-dessous l’intégralité des deux interventions de Joëlle Iglésias-Ferrand :

 

Première intervention (avant l’élection su maire)

-« Monsieur le Président de séance, mesdames et messieurs les élus,
Tout d’abord, permettez-moi d’avoir une pensée pour tous ceux qui ont souffert de la crise sanitaire et pour les personnels soignants.
Je veux avant tout remercier les électeurs qui m’ont accordé leur confiance et bien sur mes colistiers qui ont cru en ma candidature et avec qui j’ai eu le plaisir d’élaborer un projet pour Le Barcarès.
En tant que tête de liste, je les représenterai au sein de cette instance avec motivation et désintérêt car je sais que siéger au sein d’un conseil municipal est un honneur qui donne peu droits et beaucoup de devoirs.
Autour de valeurs communes, partageant ces mêmes valeurs d’altruisme et de solidarité, nous avons monté une équipe formidable. Galvanisés par la même motivation, nous sommes allés à la rencontre des Barcarésiens nous avons ainsi proposé un programme « ambitieux et raisonnable » pour le développement d’une ville balnéaire humaine et soucieuse de la protection de cet environnement magnifique dont elle bénéficie.
« Un coin de paradis, un petit bout de terre entre le ciel et la mer ».
Notre programme est parti d’un constat :
– du manque de moyens humains en matière de sécurité et en milieu scolaire
– de la dégradation de certains bâtiments communaux et notamment des infrastructures sportives fréquentés par les jeunes
– d’une politique du tout tourisme au détriment des animations structurantes pour la vie sociale tel le carnaval.
– de la privatisation des structures qui composaient historiquement le patrimoine des barcarésiens tel le stade, le mas de l’Ille et surtout notre port.
Notre programme a été élaboré selon les priorités suivantes :
– le rétablissement des patrouilles de police municipale vingt-quatre heures sur vingt-quatre permettant la connexion nuits et jours de la télé assistance
– la création d’une antenne de la police municipale dans le quartier Lido
– la construction d’une résidence seniors
– le lancement d’une étude de faisabilité en vue d’une réduction des impôts
– le nécessaire rééquilibrage des animations sur l’ensemble des quartiers
– la rénovation des locaux du centre de loisir avec l’instauration du bilinguisme
– le re positionnement de la nature et des pistes cyclables au cœur du projet urbanistique
– le maintien des associations dans les locaux actuels qu’il convient de rénover.

etc.-etc.

Cette vision d’envergure mais avant tout soucieuse du bien-être des barcarésiens a permis de proposer un plan d’implantation réfléchi et judicieux de tous nos projets.
Ainsi la feuille de route du mandat était tracée et chaque Barcarésien-e pouvait imaginer ce que serait le barcares selon notre vision.
Au niveau du port, de façon judicieuse me semble-t-il, j’ai proposé un projet qui, sur la base du concept de départ «  Barcarès citée lacustre  » permettrait de maintenir la structure SEMOP dans laquelle la commune a déjà engagé des fonds importants, en supprimant le projet pharaonique d’Aquaduc. Il serait remplacé par une passerelle piétonne et cyclable surplombant le port et par deux ouvrages d’art côté ouest (coudalère et ile des pêcheurs) permettant de faciliter le courant des eaux de l’étang.
Un projet immobilier qualitatif était prévu sur le site de l’ancien centre France Telecom et de l’autre côté (stade) était imaginé le développement d’une zone économique pour favoriser la création l’emploi.
Ce projet pouvant être structuré sur le plan administratif par une ZAC.
Nous avons proposé une mutation du très renommé festival electrobeach en festival écologique  « electro Green beach » (c’est l’avenir) et son déplacement du site du Lydia afin d’éviter des nuisances sonores au quartier de la Grande-plage.
En matière culturelle, nous avons proposé une galerie d’arts photographiques à Coudalère et un musée numérique à la Maison des Arts.
Enfin, le confinement m’a conforté dans mon idée de création d’une application Internet 100 % barcarésienne rapprochant le citoyen de son administration locale et des services notamment ceux apportés par les commerçants.
Je vous ai apporté un exemplaire de notre programme pour les archives municipales mais je crois que vous le connaissez déjà.
L’installation d’un conseil municipal est un moment solennel de la démocratie locale, en ce qui me concerne, je retrouve cette table républicaine avec bonheur et émotion, je la rejoins par la grande porte, indépendante et toujours déterminée à oeuvrer dans le bon sens, celui qui sera le meilleur pour les Barcarésiens.
C’est pourquoi, dans cette logique de défense et de volonté de mettre en oeuvre ce projet, je suis candidate au poste de maire.
Je sollicite vos suffrages, Mesdames et Messieurs les élus qui siègent au sein de ce nouveau conseil municipal car je suis convaincue de la qualité et de la pertinence de notre programme.
Je vous remercie ».

 

Deuxième intervention (après l’élection d’Alain Ferrand au poste de maire du Barcarès)
-« Je vous félicite Monsieur le maire, mesdames et messieurs les adjoints pour votre élection.
Je voudrais inviter la Majorité municipale dont je connais pratiquement tous les individualités et vous Monsieur le maire et Monsieur le maire-adjoint, à faire preuve de respect envers nous durant ce mandat en nous associant aux commissions.

Car je dois malheureusement déjà déplorer que les premières réunions aient été organisées sans que notre groupe ne soit associé à la réflexion. Notamment au niveau de la gestion de la crise sanitaire, de l’organisation de l’ouverture des plages, de la réouverture des écoles et de la nécessaire reprise économique après une crise sanitaire sans précédant pénalisante pour les professionnels du tourisme.
Durant cette période qui nous a obligé à rester chez nous, je suis restée attentive aux mesures prises afin que les Barcarésiens et notamment les plus âgés ne souffrent pas trop de ce confinement imposé. Et je félicite les agents municipaux qui sont restés actifs durant ces mois de mars, avril et mai. A ce sujet, la livraison des courses et des repas à domicile a été une excellente chose.

En ce qui concerne l’ouverture des plages, forte de mon expérience de maire, j’ai rapidement imaginé une formule identique à celle mise en oeuvre à la Grande-Motte et à Leucate sur la plage du kyklos et qui s’avère être un sucés.

Les Barcarésiens auraient ainsi pu profiter en toute légalité à la fois des bains de mer dans le cadre des plages dynamiques mais aussi des bains de soleil. De plus cette action aurait été une expérimentation intéressante si durant les vacances estivales nous devons limiter l’accès aux plages à cause du risque de propagation du virus.
Les jours qui arrivent nous éclairerons sur les conditions particulières de cette saison touristique 2020.
A ce sujet,
– Je vous demande Monsieur le maire que vous rendiez compte dans cette instance de vos orientations en matière de prélèvement de la taxe de séjour forfaitaire considérée comme injuste par les hébergeurs.

– Je demande au président de la SEM EVENT de faire un point au prochain conseil municipal sur la pérennité financière de cette structure organisatrice de notre magnifique festival electrobeach puisque l’annulation de l’édition 2020 du festival a été inévitable. (il faut le faire évoluer à mon avis à moyen terme car les festivals à thème environnementaux sont en pleine essor).
– J’ai une proposition à vous faire pour le site du Lydia si bien sur l’épidémie est enrayée. En effet, sur les réseaux sociaux une vidéo tourne qui fait état du délabrement des « feux » jardins du Lydia. Et en me déplaçant sur le site j’ai ressenti une ambiance un peu identique à celle du film de Ennio Morricone, « Il était une fois dans l’ouest ». Ainsi, j’ai pensé, de façon pragmatique considérant que le déplacement des chalets est impossible avant l’été, pourquoi ne pas transformer ponctuellement ce site en parc sur le thème de l’ouest Américain. Un peu comme la légende de « Buffalo Bill » ou « Frontier land » à Eurodisney. On pourrait ainsi donner une seconde vie à la structure du « Village de Noël » pour cet été. (Bien que je sais qu’un permis de construire soit indispensable à cela).

– Je propose, je pense que les associations seront satisfaites, un déplacement de la Bodega del mar, le 16 août jour de la fête locale.
– Je vous demande également d’inscrire  au débat du prochain conseil municipal le devenir du port.
– Mais je souhaite surtout terminer mon intervention en posant une question. En effet, j’ai lu avec attention la charte de l’élu local, et celle ci ne fait aucune référence à la notion de majorité ou d’opposition. Le journal municipal « L’écoute » a quant à lui déjà annoncé un clivage Majorité/ Opposition.
Je vous demande ainsi solennellement, mesdames et messieurs les élus, Monsieur le maire,
comment avez-vous l’intention de fonctionner avec nous, les représentants de 40 % de la population barcarésienne,  soit plus de 1 300 personnes ? Enfin, 40 % des votants car l’abstention était importante. Nous voulons être, des élus minoritaires certes, mais qui seront, si vous nous en avons les moyens, une force de proposition constructive car ce rôle est essentiel pour le fonctionnement de la démocratie locale.

Je vous remercie pour ce temps de parole indispensable à une démocratie locale saine. Car la démocratie ne se négocie pas ».