Coup de théâtre hier soir au Comité départemental de l’UMP des Pyrénées-Orientales, qui se réunissait à partir de 19h à Pollestres, sous la direction de son président François Calvet, par ailleurs sénateur-maire de Le Soler et vice-président de l’Agglo PMCA (Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération), en présence de nombreux élus, dont : Daniel Mach, secrétaire départemental de l’UMP, maire de Pollestres, vice-président de PMCA, ancien député de la 1ère circonscription ; Fernand Siré, député de la 2ème circonscription des P-O, maire de Saint-Laurent de la Salanque et vice-président de l’Agglo PMCA ; Jean Rigual, adjoint au maire de Perpignan, conseiller général ; Danielle Pagès, 2ème adjointe de la Ville de Perpignan ; Isabelle de Noëll, adjointe au maire de Perpignan ; Paul Blanc, maire de Sournia, ancien sénateur ; Jean Sol, conseiller général ; Richard Puly-Belli, conseiller général ; Gilles Foxonet, maire de Baixas et vice-président de PMCA ; Jacqueline Irlès, maire de Villeneuve-de-la-Raho, vice-présidente de PMCA, ancienne députée de la 4ème circonscription des P-O ; Mauricette Fabre, conseillère générale ; Dominique Schemla, conseiller municipal délégué de la Ville de Perpignan, conseiller communautaire PMCA…

Lors de cette réunion, certains élus ont appris qu’une opposante – Véronique Pastoureau, conseillère municipale d’Opposition, membre également de l’UMP – au bouillant maire UMP du Barcarès, Alain Ferrand, par ailleurs vice-président de PMCA et vice-président du Parc naturel marin du Golfe du Lion, avait envoyé au Comité départemental de l’UMP’66 la copie d’une lettre adressée au président national de l’UMP, JeanFrançois Copé, et dans laquelle elle constate que « la 1ère adjointe au maire du Barcarès est encartée au Front National (NDLR, ce qui nous a été effectivement confirmée)… J’entends régulièrement votre message – écrit Véronique Pastoureau à Jean-François Copé – et celui-ci a le mérite d’être très clair : « aucune entente avec le Front National ! ». Alors, comment peut-on donner sa confiance et l’investiture à un maire qui est sensé représenter l’UMP, et véhiculer ses valeurs alors qu’il confie le rôle de 1er adjoint de sa commune à une adhérente du Front National ? Où est la crédibilité des investitures UMP ? D’autant que ce digne représentant a un passé remarquable en terme de loyauté : en 2010, lors des cantonales, il s’oppose au candidat de l’UMP et maire de Torreilles, Louis Carles ; en 2011, il vote aux primaires socialistes ; en 2012, aux législatives, il soutient la candidate PS, Toussainte Calabrèse, face au député sortant UMP, Fernand Siré (…) ».