Communiqué de presse

Le Conseil départemental du PCF’66, concernant les prochaines élections départementales (ex-Cantonales), communique :

« Avec sa politique d’austérité, le gouvernement aggrave les difficultés de la France et du peuple. Ses choix conduisent au désastre social et économique, enfoncent davantage le pays dans la crise et créent une situation politique lourde de danger. La 5ème République est à bout de souffle. Sans attendre nous agissons pour élargir le Front de Gauche, amplifier les mobilisations et le rassemblement contre ces politiques et pour une alternative de gauche crédible et populaire.

Les élections départementales (ex-cantonales) de mars 2015 auront lieu dans ce contexte. La nécessité d’avoir des élus communistes pour résister, relayer les luttes et promouvoir une vraie politique de gauche fait l’unanimité de notre conseil départemental. Mais nous sommes confrontés à la contradiction entre :

  • d’une part la volonté de rompre avec les politiques libérales menées par le gouvernement.
  • d’autre part la prise en compte de la réalité du mode électoral.

Dans le même temps, le PCF ne peut se résoudre au basculement à droite de notre département et à l’entrée d’élus du FN dans l’hémicycle départemental, qui ne feraient qu’encore aggraver la situation de la population.

Dans le contexte national, il ne peut y avoir d’accord politique départemental global entre le PCF/Front de Gauche et le Parti Socialiste et ses alliés, tout au plus des orientations progressistes communes pour le département où, depuis 1998, nous avons ensemble mis en œuvre des mesures positives pour la population. Aujourd’hui ces orientations progressistes doivent aller plus loin et affirmer une détermination à lutter contre l’austérité.

Pousser à une politique départementale beaucoup plus progressiste, freiner les ambitions de la droite et combattre l’ascension du FN, nécessitent l’élection de nombreux conseillers communistes-Front de gauche. La volonté de concrétiser ces objectifs, le nouveau type de scrutin en vigueur pour ces élections départementales – notamment le seuil de 12,5% des électeurs inscrits pour être présent au second tour – nous amènent à réfléchir à nos rapports avec toutes les forces de gauche.

Pour toutes ces raisons, le conseil départemental du PCF66 va poursuivre le débat avec les communistes et avec les autres partis de gauche, en particulier avec le PS, pour, là où ces dangers existent, trouver des solutions canton par canton. Pour atteindre ces objectifs, nous adoptons le principe de présenter des candidats dans tous les cantons, sans exclure, dans un nombre limité de cantons où cela s’avèrerait nécessaire, la constitution de « binômes mixtes » (PC-PS) et/ou l’effacement réciproque de candidats.

Nous invitons tous les communistes à se mobiliser pour que se concrétisent ces ambitions ».