Contrairement à la tribune populiste que signe ce jour l’ex-ministre chiraquien François BAROIN, président de l’Association des Maires de France (AMF) dans Le Journal Du Dimanche (le JDD), aux lendemains de l’agression mortelle dont a été victime Jean-Mathieu MICHEL, maire de Signe dans la département du Var : non les maires ne sont pas en danger ! Ce sont les citoyens qui sont en danger, des citoyens que les élus de la République sont pourtant censés devoir protéger.

Certes, comme le rappelle François BAROIN les conditions de la mort de l’élu ont suscité « une immense émotion et une très vive douleur ».

Il ne nous appartient pas d’entrer ici et maintenant dans les détails pour commenter ce « fait de société », une enquête de Gendarmerie et judiciaire étant en cours, mais il est important de rappeler ici et maintenant un certain contexte que subit une partie de la population tous les jours.

Trop de maires, surtout à quelques mois d’échéances électorales qui les concernent, ont pris l’habitude de fermer les yeux face aux incivilités, à l’incivisme et aux actes de vandalisme.

C’est ainsi que dans les communes, où pourtant le maire fait très officiellement office de 1er magistrat, on voit quotidiennement des policiers municipaux passer devant des véhicules garés en sens interdit sans les voir – stationnés à contre sens, sur des passages piétons, sur des pistes cyclables, sur des emplacements réservés aux personnes à mobilité réduite, bloquer des rues par leur stationnement anarchique, etc.-etc. – sans que la moindre sanction ne tombe !

Les entorses aux règles élémentaires du Code de la Route sont quotidiennes, permanentes, mais jamais suivies de la moindre condamnation. Pourtant, selon les experts scientifiques, les policiers municipaux ont deux yeux et le même champ visuel que n’importe quel citoyen. Si les policiers municipaux dans nos contrées ne verbalisent plus (ou si peu…) face aux dérives ici constatées, c’est bien qu’ils ont des consignes, ils sont aux ordres. Et les boss des policiers municipaux sont… les maires.

Des individus se livrent à des tonnes de trafic au cœur même de nos centres urbains, devant des établissements scolaires, en dehors des cités dites « sensibles », tout le monde le sait, tout le monde en parle… seuls les policiers municipaux ne les verraient donc pas et les maires l’ignoreraient absolument ? Bizarre, bizarre…