Le Collectif d’Union pour la Nouvelle RN-116 sécurisée DUP 2008, nous communique avec prière d’insérer :

Assises nationales de la Mobilité.

« La RN-116 à deux fois deux voies d’Ille sur Têt à Prades et Madame la députée de la vallée de la Têt.

En juillet 2008, l’arrêté de Déclaration d’Utilité Publique (DUP) pour les travaux de la nouvelle RN-116 était publié au Journal Officiel (JO). Il clôturait la phase projet pour la réalisation de la nouvelle RN-116 entre Ille-sur-Têt et Prades, en continuité de la route actuelle à deux fois deux voies. Route tant désirée et souhaitée par l’ensemble des utilisateurs de la RN-116 actuelle entre Ille-sur-Têt et Prades.

François CALVET, alors député de la 3ème circonscription des P-O, aujourd’hui sénateur des Pyrénées-Orientales, voyait, par la promulgation de cet arrêté, l’obtention d’un de ses projets majeurs en matière d’investissements routiers.

Quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre au cours d’une réunion du comité de suivi de la RN-116 que cet important projet de sécurité routière aux avantages économiques induits, était sur le point d’être abandonné.

Etonnés par cette décision, nous avons fait part à la nouvelle députée de notre circonscription, Laurence GAYTE, de nos insatisfactions de voir comment étaient bafouées les études importantes et coûteuses sur le projet de réalisation d’une route à deux fois deux voies sécurisées entre d’Ille-sur-Têt et Prades.

Nous avons appris de la bouche même de Madame GAYTE, qu’à l’inverse de ce que nous croyions, elle n’était pas l’élue de la 3ème circonscription des Pyrénées Orientales, mais qu’elle était une « Elue de la Nation » !

Nous en avons pris humblement acte avec toute la mémorisation qui s’impose.

Mais comme cela arrive souvent, le pire ne devait pas nous abandonner. Nous avons appris de Madame la députée qu’elle avait sur la RN-116 une analyse des plus étranges sur des personnes importantes de la vie politique locale, sans grand respect pour ses prédécesseurs parlementaires et certains élus locaux.

Par ses explications peu convaincantes nous avons compris qu’elle jetait aux orties des années d’études aux financements conséquents, ainsi qu’une grande union départementale, toutes tendances politiques confondues, pour un projet routier important dans le cadre d’un développement économique bénéfique à l’ensemble du département de la mer à la montagne, ainsi qu’aux utilisateurs de la RN-116 qu’ils soient de notre département ou d’ailleurs.

Ses déclarations nous ont laissé pantois, relevant plus d’élucubrations personnelles que de connaissances et de compétences en matière politique, de Droit public et de Financements publics.

Nous avons découvert une dame éloignée de la réalité et de la représentation locale de ses concitoyens électeurs, d’une inhumanité glaciale peu commune aux autres élus de notre département, sans aucune sensibilité en matière de prévention et de sécurité routière dans le cadre de la mobilité sécurisée.

C’était la première fois que nous entrions en relations avec une « Elue de la Nation » ! Il se pourrait que cela fût la dernière fois que nous rencontrions pendant son mandat Madame la députée de la 3ème circonscription des Pyrénées Orientales ! ».