Abdallah krouk et Nasser Nouali, du Groupe de travail de transition impartial et exemplaire à l’article 1er de la Constitution du 4 octobre 1958 de la Vème République pour la justice de la composante citoyenneté français anciens harkis et de leurs descendants font un récapitulatif de l’histoire de leurs aïeux à leurs pères.

 

« Notre devise, ne pas instrumentaliser l’histoire mais la rétablir ! »

 

Ils ont contribué à la grandeur de la France, nous avons une pensée pour nos arrières-arrières grands-pères de la première bataille de Sébastopol, en 1846, sous le commandement du maréchal Mac Mahon, troupes de soldats indigènes de confession musulmane recrutés en Algérie, régiment qui a été le plus décoré de l’armée française de toute son histoire ; nos arrières grands-pères en 1914-18 tirailleurs indigènes algériens de confession musulmane ou 80 000 d’entre eux sont morts tombés au combat à Verdun ; nos grands-pères en 1939-45 aussi glorieux combattent grande bataille à la baïonnettes à Monté-Cassino face à l’ennemi nazi ; nos pères dans la cuvette de Diên Biên Phu… puis l’Algérie jusqu’à 1962.

 

Le Groupe de transition de l’article 1er de la constitution du 4 octobre 1958 de la Vème république pour la justice de la composante de la citoyenneté français anciens combattants harkis et leurs descendants, appellent à un rassemblement au mémorial de Rivesaltes, le samedi 12 mai 2018, à partir de 13h 30, « pour dénoncer la falsification de notre histoire. Nous voulons que cette date soit officielle car elle est significative, tragique, et surtout du souvenir du désarmement de l’abandon et du massacre suite au deux télégrammes du 12 mai 1962 et du 16 mai 1962. A savoir que nous sommes les héritiers de l’armée de la Grande Muette, nos aïeux et nos pères étaient leurs frères d’armes et que suite à la tache indélébile du désarmement, de l’abandon et du massacre l’honneur de l’armée française, est de faire un constat pour en tirer les conclusions… et de protéger dans la citoyenneté les descendants de leurs frères d’armes par le sang versé ».

 

La République Française est laïque et indivisible. « Selon ce principe, elle doit rétablir aussi la reconnaissance des forces auxiliaires de police, des GMS (Groupes Mobiles de Sécurité ), et la sécurité des camps de forestages dont les citoyens français, anciens combattants harkis, ont étaient les gardiens ou ce jour, du 12 mai 2018 nous leurs rendrons hommage avec un dépôt de gerbe tombé glorieusement pour la France. Nous tendons la mains aux historiens et à l’institution de l’armée pour rétablir la manifestation de la vérité ».

 

Contacts : Abdallah Krouk (tél. 07 88 12 39 25) et Nasser Nouali (tél. 06 89 17 25 70) de Résistance harki.